Centrafrique : Enquête ouverte après l’arrestation de quatre militaires de l’armée française

TENSIONS Les quatre hommes avaient été accusés sur les réseaux sociaux de vouloir « assassiner » le président centrafricain

20 Minutes avec AFP
— 
Des soldats français en Centrafrique (illustration)
Des soldats français en Centrafrique (illustration) — JOSE NICOLAS/SIPA

La Centrafrique a ouvert une enquête mardi après l'arrestation la veille de quatre militaires du corps de la Légion étrangère de l’armée française opérant sous la bannière de l'ONU, a annoncé le procureur de la République à Bangui.

Les quatre « légionnaires » arrêtés lundi devant l’aéroport de Bangui étaient lourdement armés et en treillis, « de nationalité française, italienne, roumaine et bulgare », et circulaient à bord d’un véhicule banalisé non siglé ONU, a indiqué le procureur.

Des accusations contre Wagner

Les quatre hommes armés escortaient un général français de la force de maintien de la paix de l’ONU (Minusca) à l’aéroport, avaient assuré lundi l’armée française et l’ONU. Ils avaient été accusés sur les réseaux sociaux d’avoir voulu « assassiner » le président centrafricain, ce que Paris et l’ONU ont démenti.

Cette annonce survient le jour même où la France et les Etats-Unis ont accusé, par la voix de leurs ambassadeurs devant le Conseil de sécurité de l’ONU, les « mercenaires » de la société russe de sécurité privée Wagner d’avoir « exécuté » et « massacré » des dizaines de civils. Ils accusent aussi cette société de mener une campagne « systématique » de « terreur » en Centrafrique où ils combattent les rebelles aux côtés de l’armée régulière.