Centrafrique : Quatre soldats français arrêtés à Bangui

TENSIONS Pour expliquer ces arrestations, de nombreux comptes privés sur les réseaux sociaux accusaient ces militaires d’avoir voulu « assassiner » le président centrafricain

20 Minutes avec AFP
— 
Des militaires français à Bangui en Centrafrique (illustration).
Des militaires français à Bangui en Centrafrique (illustration). — JOSE NICOLAS

La situation est extrêmement tendue pour la France en Centrafrique. Quatre militaires français qui escortaient un général de la force de l’ ONU ont été arrêtés lundi après-midi à l’aéroport de Bangui, a tweeté l’ambassade de France dans la capitale centrafricaine.

Les quatre hommes étaient toujours en détention dans la soirée, a confirmé une source diplomatique locale sous couvert de l’anonymat. « L’équipe de protection rapprochée du général (Stéphane) Marchenoir, chef d’état-major de la Force de la Minusca (Mission des Nations unies en Centrafrique), composée de quatre militaires français, a été arrêtée cet après-midi à l’aéroport de Bangui », a indiqué l’ambassade.

Une lutte d’influence entre Paris et Moscou

Pour expliquer ces arrestations, de nombreux comptes privés se répandaient sur les réseaux sociaux dans la soirée en accusations contre les militaires​ français les accusant notamment d’avoir voulu « assassiner » le président centrafricain Faustin Archange Touadéra, avec des photos de leur présumé véhicule et d’armements « saisis » lors de leur interpellation.

Cet incident survient au moment où les relations entre la France et son ancienne colonie sont de plus en plus tendues, exacerbées par une féroce lutte d’influence entre Paris et Moscou, dans ce pays en guerre civile depuis 2013. La France reproche à la Centrafrique d’être « complice » d’une campagne anti-française orchestrée par Moscou sur les réseaux sociaux et certains médias, et accuse la compagnie russe de sécurité privée Wagner d’avoir fait main basse sur le pouvoir et les ressources du pays.