Espace : Pékin dément qu'un morceau de fusée chinoise va s'écraser sur la Lune

MENACE Fin janvier, l’astronome Bill Gray avait annoncé qu'un débris spatial devant s’écraser le 4 mars sur la Lune était le second étage d’une fusée de l’entreprise américaine SpaceX.

C.Poh avec AFP
— 
La Lune (illustration)
La Lune (illustration) — Geeko

La Chine a démenti ce lundi que le morceau de fusée devant s’écraser en mars sur la Lune soit le reste d’un de ses lanceurs, contrairement à ce qu’affirment des experts.

Fin janvier, l’astronome Bill Gray, créateur d’un logiciel permettant de calculer les trajectoires d’astéroïdes et d’autres objets, avait annoncé que le débris spatial devant s’écraser le 4 mars était le second étage d’une fusée de l’entreprise américaine SpaceX. Bill Gray est revenu sur cette annonce la semaine dernière, reconnaissant une erreur, et en affirmant désormais qu’il s’agit d’un élément d’une fusée chinoise lancée en 2014.

Le ministère chinois des Affaires étrangères dément

Interrogé, le ministère chinois des Affaires étrangères a démenti, assurant que la fusée incriminée « était rentrée sans danger dans l’atmosphère terrestre et avait entièrement brûlé ». Pékin « s’attache consciencieusement à la viabilité à long terme de ses activités spatiales », a assuré devant la presse le porte-parole de la diplomatie chinoise, Wang Wenbin.

Selon Bill Gray, dont le logiciel est utilisé par des programmes d’observation financés par la Nasa, l’objet en question appartient à une fusée Longue Marche lancée lors de l’envoi dans l’espace de l’engin spatial Chang’e 5-T1, dans le cadre du programme d’exploration lunaire de l’agence spatiale chinoise. La Chine a posé début 2019 un engin sur la face cachée de la Lune, une première mondiale.