Un prince des Emirats accusé de torture sur 25 personnes

VIOLENCES Les exactions du Cheikh Issa, membre de la famille royale, ont été rendues publique dans une vidéo aux Etats-Unis...

R.G

— 

 Aidé d'un policier et de plusieurs de ses hommes, le Cheikh Issa a torturé un marchand suspecté de l'avoir berné prendant près de 45 minutes.
 Aidé d'un policier et de plusieurs de ses hommes, le Cheikh Issa a torturé un marchand suspecté de l'avoir berné prendant près de 45 minutes. — DR
Il aimait qu'on le filme en train de torturer ses victimes, pour ensuite en visionner les cassettes dans son palace d'Abu Dhabi, aux Emirats arabes unis (UAE). Le pêché mignon du Cheikh Issa bin Zayed Al-Nahyane, membre de la famille royale, n'est plus un secret et est en passe de se retourner contre lui. La publication par la chaîne américaine ABC News, le 22 avril, d'une vidéo longue de quarante-cinq minutes, où on le voit flageller, écraser et rouer de coups un homme ligoté, suscite l'émoi et l'indignation outre-atlantique.



C'est Bassam Nabulsi, ressortissant américain et ancien collaborateur de la famille royale des Emirats, qui a envoyé la cassette à l'ambassade des UAE aux Etats-Unis. La diffusion de telles images aux Emirats aurait en effet été passible d'une amende 1,3 million de dollars, la presse n'ayant pas le droit de mettre à mal l'image d'un membre de la famille royale. Bassam Nabulsi a fait savoir dimanche par ses avocats qu'il avait une autre vidéo en sa possession. Sur le document en question, une vidéo de plus de deux heures, vingt-cinq personnes subiraient des sévices des mains du Cheikh.

Dans la première vidéo, qui aurait été filmée entre 2004 et 2005, le prince Issa s'en prend à un commerçant de céréales afghan, accusé par le Cheikh de l'avoir floué lors d'une livraison. Roué de coups, fouetté et frappé avec une planches en bois recouverte de clous, l'homme subit les pires outrages et voit ses plaies recouvertes de sel. Il serait également victime de sévices sexuels, séquences qu'ABC a choisi de ne pas montrer. Implorant pour sa vie, la victime est ensuite écrasée par le véhicule du Cheikh, un 4x4 Mercedes  de plus de deux tonnes. Selon Bassam Nabulsi, le marchand aurait survécu. Plusieurs mois d'hospitalisation auraient cependant été nécessaires à son rétablissement. Mais les UAE sont d'autant plus gênés qu'un policier en uniforme apparaît à l'écran, en train de ligoter la victime avant que le Cheikh ne lui remplisse la bouche avec du sable.

Un contrat nucléaire en cours de signature

Bassam Nabulsi prétend lui aussi avoir été torturé par Issa et ses hommes pour avoir refusé de rendre la cassette. Les vidéos des nombreuses exactions du Cheikh proviendraient du frère de Bassam Nabulsi, qui servait à l'occasion de caméraman. Selon le journal britannique «The Guardian», les avocats américains du prince accusent l'homme d'affaires Nabulsi de mener une campagne de dénigrement contre leur client. La semaine dernière, l'avocat du Cheick, Daryl Bristow, déclarait: «La vision d'ABC News est trompeuse. Quand lumière sera faite, le mensonge de Nabulsi sera intégralement démonté, et l'homme, discrédité.»
 
Frère du ministre des affaires présidentielles (qui est aussi propriétaire à 90% du club de foot Manchester City) et fils de l'ancien président des UAE, Zayed bin Sultan al-Nahyane, qui s'était illustré en 2003 en frappant un client du palace genevois La Réserve à coups de ceintures, le Cheikh Issa met les Emirats dans une posture délicate. La diffusion de cette vidéo intervient alors que le congrès américain doit ratifier un contrat sur le nucléaire civil entre l'UAE et les Etats Unis. Ce contrat avait été conclu quelques jours seulement avant que Barack Obama ne prête serment. La démonstration de sauvagerie d'un membre de la famille royale pourrait bien compromettre la suite des négociations.