Berlusconi: avec Veronica, «c'est fini»

ITALIE Le chef du gouvernement contre-attaque, jugeant une réconciliation avec son épouse impossible...

Avec agence

— 

Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a déclaré vendredi que l'Italie fera tout pour obtenir l'extradition de l'ex-activiste de gauche Cesare Battisti, auquel le Brésil a accordé le statut de réfugié politique.
Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a déclaré vendredi que l'Italie fera tout pour obtenir l'extradition de l'ex-activiste de gauche Cesare Battisti, auquel le Brésil a accordé le statut de réfugié politique. — Andreas Solaro AFP/Archives

Veronica veut divorcer? Très bien, Silvio n'en veut plus. Le chef du gouvernement italien a répondu à son épouse par voie de presse ce lundi. Interrogé par le «Corriere della Sera» sur la possibilité d'une réconciliation, Silvio Berlusconi répond: «Je ne crois pas. Je ne sais pas si je la veux cette fois. Veronica devra me demander des excuses publiques. Et je ne sais pas si cela suffira.»

>> Lire le portrait de Veronica Berlusconi >>


«C'est la troisième fois qu'elle me fait le coup en pleine campagne électorale. C'est trop», ajoute le Cavaliere qui se dit «indigné».

Veronica Lario, sa femme depuis près de vingt ans, a fait par de sa volonté de divorcer dans les médias ce week-end. Madame Berlusconi s'est surtout indignée de la participation de son mari à la fête d'anniversaire d'une jeune fille de 18 ans qui appelle Silvio Berlusconi «papi». «Je ne peux pas rester avec un homme qui fréquente des mineures», a-t-elle expliqué, dans des propos qui lui sont attribués dimanche par deux quotidiens.

«Les conditions ne sont plus réunies pour aller de l'avant»

Dans la «Stampa», Berlusconi se défend avec force de ces accusations. «Je fréquenterais, comme l'a dit Madame, des filles de 17 ans. C'est une affirmation que je ne peux pas supporter. Je suis ami avec son père: un point c'est tout. Je le jure.»

«J'ai maintenu une situation difficile (le mariage, ndlr) par amour des enfants, mais maintenant c'est fini, les conditions ne sont plus réunies pour aller de l'avant», affirme-t-il également au quotidien. «C'est une histoire qui devait demeurer privée, je n'arrive pas à me faire une raison sur le fait qu'elle a fini sur les journaux», confie-t-il encore.