Conflit Ukraine - Russie : Les séparatistes et Kiev se renvoient les accusations de bombardement à l'est du pays

A QUI LA FAUTE ? Jeudi, une école maternelle a été touchée par des bombardements dans la zone contrôlée par l’armée ukrainienne

X.R. avec AFP
— 
Les bombardements se sont multipliés ces dernières heures dans l'est de l'Ukraine.
Les bombardements se sont multipliés ces dernières heures dans l'est de l'Ukraine. — EPN/Newscom/SIPA

Le fracas des explosions est devenu une réalité dans l’est de l’Ukraine, après des semaines d’escalade des tensions. Mais ce n’est pas encore la guerre avec la  Russie. Depuis jeudi,  plusieurs bombardements ont été constatés dans la zone contrôlée par les séparatistes prorusses : les autorités ukrainiennes ont fait état de 20 violations du cessez-le-feu par les séparatistes pendant la nuit, tandis que les rebelles ont rapporté 27 tirs de l’armée ukrainienne. Kiev et Donetsk se renvoient la balle quant à la responsabilité de ces bombardements.

Jeudi, une école maternelle a été touchée à Stanitsa Louganska, petite localité sous contrôle gouvernemental dans l’Est, au moment où 20 enfants et 18 adultes se trouvaient à l’intérieur. Selon l’armée ukrainienne, 32 obus sont tombés sur Stanitsa Louganska, la privant en partie d’électricité.

Les habitants de Donetsk évacués vers la Russie

Les observateurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont rapporté une hausse significative des tirs, avec 189 violations du cessez-le-feu enregistrées dans la région de Donetsk jeudi, contre 24 le jour précédent. Dans la région de Lougansk, autre bastion des séparatistes prorusses dans l’Est, 402 violations ont été rapportées contre 129 mercredi. La trêve signée à Minsk en 2015 est bien loin, même si les attaques n’ont jamais complètement cessé.

Elles pourraient durer et même se généraliser. En fin de matinée, de nouveaux bombardements étaient en cours vendredi près de Stanytsia Louganska. Peu après, les séparatistes de Donetsk ordonnaient l’évacuation de civils vers la Russie, sous prétexte d’une invasion de l’Ukraine à venir. « Aujourd’hui, un départ massif et centralisé de la population est organisé vers la Fédération de Russie, en premier lieu, les femmes, les enfants et les personnes âgées doivent être évacués », a déclaré Denis Pouchiline, dirigeant de la « république » séparatiste, dans une adresse vidéo publiée sur son compte Telegram.