Etats-Unis : Les imbroglios fiscaux de Donald Trump peuvent-ils l'empêcher d'être « great again » ?

ENQUETE La Trump Organization, société éponyme de l’ancien président des Etats-Unis, fait l’objet d’une enquête pour « fraude fiscale »

Camille Poher
— 
Donald Trump, le 24 novembre 2020 à Washington.
Donald Trump, le 24 novembre 2020 à Washington. — MANDEL NGAN / AFP
  • Donald Trump et ses deux enfants, Ivanka et Donald Jr, sont dans le viseur de la justice américaine via le prisme de la Trump Organization.
  • La procureure générale de l’Etat de New York, Laetitia James, ainsi que celui de Manhattan, Cyrus Vance Jr., assurent avoir à ce jour des « preuves » de fraude fiscale concernant la société de l’ancien président des Etats-Unis.
  • En parallèle, ce mardi, le cabinet d’experts-comptables Mazars en charge des affaires de Donald Trump a démissionné de la Trump Organization. Le cabinet affirme que les déclarations financières du républicain ne sont pas fiables

Une fois n’est pas coutume. Donald Trump fait à nouveau la une de l’actualité, pour une affaire judiciaire. Ou plus précisément, une affaire financière, puisqu’il s’agit ici de fraudes aux écritures de la part de l’un des plus gros bébés de l’ancien président des Etats-Unis, la  Trump Organization. Pour mieux comprendre ce qui se cache derrière ces pratiques fiscales « frauduleuses » mais aussi ce que cela implique pour la carrière politique de Donald Trump, 20 Minutes a posé trois questions à   Jean-Eric Branaa, maître de conférences à l’Université Paris II, spécialisé dans les thématiques relatives à la société et à la politique aux  Etats-Unis​. Attention, la chute risque de vous surprendre !

C’est quoi exactement cette enquête pour fraude fiscale ?

Pour remettre les choses dans leur contexte, il est important d’avoir à l’esprit que cette affaire s’adresse plutôt au contribuable Trump qu’à l’ex-président républicain. « Il est reproché à la compagnie de Donald Trump, la "Trump Organization", de ne pas avoir déclaré la totalité de ses dividendes » , explique Jean-Eric Branaa. La famille Trump, à savoir le père ainsi que ses deux enfants  Ivanka et  Donald Jr, aurait trafiqué les chiffres de la multinationale, avec un double objectif : « à la fois s’enrichir en obtenant des prêts sur la base de revenus plus élevés que la réalité et, à l’inverse, déclarer moins de dividendes pour payer moins d’impôts », précise l’universitaire. En somme, le magna de la finance aurait joué au yoyo avec son patrimoine et ses revenus.

En parallèle, le 45e président des Etats-Unis a toujours refusé de délivrer ses feuilles d’impôts, pendant et après son mandat de président des Etats-Unis. « Pour Donald Trump, être président équivaut à être roi, mais la constitution américaine ne l’entend pas de cette oreille », analyse Jean-Eirc Branaa. Et les représentants de cette constitution, dans cette enquête sont la procureure de l’Etat de  New York, Laetitia James, et celui de  Manhattan, Cyrus Vance Jr. « James semble avoir fait de cette affaire son cheval de bataille et ne compte pas lâcher la Trump Organization d’une semelle », poursuit l'expert de la politique américaine. La procureur de l’Etat de New York a d’ailleurs ajouté un volet pénal à son enquête, jusque-là de nature civile.

Que risque Donald Trump – et ses enfants – sur le plan pénal ?

« En réalité, Donald Trump ne risque pas grand-chose, si ce n’est une amende, ironise le maître de conférences. C’est une affaire qui dure depuis six ans et vu la lenteur du système judiciaire américain et l’ampleur de la fraude, elle risque de durer encore de nombreuses années. » Pour rappel Donald Trump est âgé de 75 ans... De plus, et c’est le serpent qui se mord la queue,  l'ancien président des Etats-Unis possède des millions de dollars pour se défendre d’avoir volé des millions de dollars. « Il détient l’un des systèmes de défense le plus puissant des Etats-Unis », explique ainsi Jean-Eric Branaa.

En revanche, et c’est bien là la particularité de cette affaire, les enfants de Donald Trump sont plus jeunes mais aussi très impliqués dans cette fraude : « Si la procureure ne parvient pas à faire tomber le père, elle ne lâchera rien pour les enfants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Donald Trump est plus embarrassé par cette enquête. »


L’autre protagoniste de cette histoire qui, à la fois risque de grosses sanctions mais aussi d’être le bouc émissaire tout désigné de Donald Trump, c’est le cabinet Mazars. Ce cabinet d’expertise comptable qui était en charge des affaires financières de l’homme d’affaires vient tout juste de démissionner de la  Trump Organization. La raison ? Le cabinet considère que les écritures de la société n’étaient pas sincères. « Mais pourquoi n’avoir rien dit pendant dix ans ?, questionne Jean-Eric Branaa. Mazars c’est tout simplement l’affaire dans l’affaire et Donald Trump risque de charger lourdement son ancien cabinet comptable pour se dédouaner ».

Que risque Donald Trump – et rien que Trump – sur le plan politique ?

Bon, si Mazars et les enfants Trump prennent sur eux l’amende et peut-être même la prison, Donald Trump risque bien de se retirer de la politique, non ? « Absolument pas !, nous répond l’expert. Trump a une sorte de carte d’immunité magique qui lui permet de dire et de faire tout ce qu’il veut, sans conséquences. » Pour  Jean-Eric Branaa, ce superpouvoir lui vient d’abord de son électorat : « Donald Trump n’a pas des électeurs, il a des fans. » Un soutien indéfectible qui ne remet jamais, ou presque, en question sa parole. « Par ricochet, les élus ne lui feront aucun mal. Son poids et sa capacité de nuisance sont bien trop importants aux Etats Unis », précise l'expert à 20 Minutes.

Celui qui ne s’est jamais caché d’envisager la possibilité de briguer un second mandat ne serait donc pas plus effrayé que cela par un nouveau procès. « Tout au long de sa vie, Donald Trump a vécu près de 600 procès et affaires. Cela ne l’a absolument pas empêché d’avancer en politique, jusqu’à devenir président des Etats-Unis », conclut Jean-Eric Branaa. Procès ou pas procès, visiblement rien n’empêchera Donald Trump d’être great again.