Conflit Ukraine-Russie : Loin de se retirer, Moscou a déployé 7.000 militaires supplémentaires, avertit Washington

GEOPOLITIQUE Malgré les affirmations russes, une attaque reste possible à tout moment, estiment les Etats-Unis

P.B. avec AFP
— 
Image satellitaire de bombardiers tactiques Soukhoï Su-34 stationnés sur une base russe de Krasnodar Krai, près de la frontière sud de l'Ukraine, le 13 février 2022.
Image satellitaire de bombardiers tactiques Soukhoï Su-34 stationnés sur une base russe de Krasnodar Krai, près de la frontière sud de l'Ukraine, le 13 février 2022. — AFP

La partie de poker menteur continue. La Russie a « augmenté » sa présence à la frontière de l’Ukraine de jusqu’à « 7.000 militaires » dont certains sont arrivés mercredi, alors même que Moscou avait annoncé un retrait partiel de ses forces, a assuré mercredi soir un haut responsable de la Maison Blanche.

« Hier les Russes ont annoncé qu’ils retiraient des troupes de la frontière avec l’Ukraine (…). Nous savons maintenant que c’est faux. En réalité nous avons désormais confirmé que ces derniers jours la Russie a augmenté sa présence le long de la frontière ukrainienne de jusqu’à 7.000 militaires dont certains arrivés aujourd’hui », a dit ce haut responsable, qui a requis l’anonymat, à des journalistes.

Bombardiers et hélicoptère d’assaut

« La Russie dit vouloir trouver une solution diplomatique mais ses actions indiquent le contraire. Nous espérons qu’elle changera de direction avant de lancer une guerre catastrophique et destructrice », a-t-il encore déclaré. Il a assuré que la Russie pouvait « à tout moment » déclencher une opération qui lui servirait de prétexte pour envahir l’Ukraine.

Le haut responsable a estimé que cette opération prétexte pourrait revêtir « des formes différentes », comme « une provocation » dans la région du Donbass, ou une fausse « incursion » en territoire russe.



Des images satellitaires de l’entreprise privée Maxar Technologies datant de lundi montrent que la Russie a récemment déployé des nouvelles forces offensives. Des bombardiers tactiques Soukhoï Su-34 sont désormais stationnés sur une base de Krasnodar Krai, à la frontière sud de l’Ukraine, et des hélicoptères d’assaut ont été positionnés en Crimée. Moscou semble également avoir construit un ponton enjambant une rivière au Bélarus, près de la frontière nord ukrainienne.

Plusieurs tentes qui semblent être des hopitaux de campagne ont également été installées ces dix derniers jours. Enfin, des cyberattaques massives ont touché le site du ministère de la Défense et une quinzaine de banques ukrainiennes, mardi. Kiev a accusé Moscou, qui a démenti en être responsable.

Indiquant s’attendre à « davantage de fausses informations de la part des médias d’Etat russes au cours des prochains jours », le haut responsable de conclure : « Nous espérons que le monde est prêt ».