Maroc : Après la mort du petit Rayan, les puits clandestins vont être recensés

SECURITE Les contrevenants pourraient faire l'objet de poursuites

20 Minutes avec agences
Les recherches du petit Rayan dans le village d'Ighrane au Maroc.
Les recherches du petit Rayan dans le village d'Ighrane au Maroc. — Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Le ministère marocain de l’Equipement va recenser tous les puits abandonnés ou clandestins à la suite de la  mort du petit Rayan, tombé au fond d’un puits, et sanctionnera les contrevenants, a rapporté jeudi l’agence MAP. « Pour que la tragédie de l’enfant Rayan ne se reproduise plus, le ministre de tutelle a donné des instructions strictes aux directeurs des Agences des bassins hydrauliques pour qu’ils réalisent un recensement complet des puits abandonnés », a déclaré Abdelaziz Zerouali, responsable ministère de l’Equipement, dans une interview à la MAP.

« En cas de non-respect des procédures, l’Agence compétente procédera à la sécurisation des puits abandonnés aux frais du contrevenant, avec possibilité de poursuites judiciaires », a-t-il averti. Rayan, un garçonnet de 5 ans tombé accidentellement au fond d’un puits exigu et asséché dans le nord du pays, a été extrait samedi sans vie,  malgré les efforts acharnés des sauveteurs déployés depuis cinq jours. Le drame avait provoqué une émotion considérable, amplifiée par les réseaux sociaux, au Maroc comme dans le monde entier.


Un millier d’infractions constatées chaque année

A la suite de l’accident du petit Rayan, un débat s’est engagé autour de la prolifération et la dangerosité de puits clandestins et non sécurisés. Un député de la majorité, Noureddine Moudiane, a exhorté les autorités à « mettre fin au forage aléatoire de puits qui souvent n’est pas soumis aux procédures légales en vigueur », selon la presse locale. Si le forage de puits au royaume est soumis à un permis, il n’existe pas « de données exactes » sur le nombre des puits clandestins et abandonnés, a concédé Abdelaziz Zerouali, précisant que près de 1.000 procès-verbaux par an sont dressés pour des infractions liées aux forages illicites.

La tragédie du petit Rayan avait été suivie par 1,7 milliard d’internautes pendant quatre jours, a recensé l’Observatoire des opinions publiques numériques, cité mardi par le site Medias24. Signe du retentissement mondial de ce drame, l’Arabie saoudite avait indiqué dimanche avoir « comblé et fortifié » près de 2.500 puits à l’abandon dans le pays. Elle n’avait pas précisé les moyens techniques mis en œuvre pour atteindre ce chiffre conséquent.