Royaume-Uni : La semaine de quatre jours bientôt testée dans certaines entreprises

TRAVAIL Si le succès est au rendez-vous, un projet de loi pourrait être examiné par le Parlement britannique

avec agence
Une cinquantaine d’entreprises sont concernées par le test, qui durera six mois (illustration).
Une cinquantaine d’entreprises sont concernées par le test, qui durera six mois (illustration). — RonaldCandonga / Pixabay

Travailler moins pour gagner autant. Au Royaume-Uni, une cinquantaine d’entreprises vont bientôt tester une nouvelle organisation de  travail. A partir du mois de juin, la semaine de quatre jours (payée cinq) va être expérimentée pour une durée de six mois, a rapporté Slate samedi. L’expérience sera supervisée par la fondation 4 Days Week Global, qui milite partout dans le monde pour les semaines de quatre jours.

Des scientifiques des universités de Cambridge, Boston et Oxford suivront de près les résultats de ce test. Selon le magazine Fast Company, si le succès est au rendez-vous, une proposition de loi pourrait être examinée par le Parlement britannique pour une adoption de la semaine de trente-deux heures.

Aucune baisse de productivité enregistrée

Afin de bien préparer les entreprises participant au test, ces dernières suivront des formations entre les mois de mars et de mai. L’objectif est avant tout d’organiser la charge de travail, car la fondation souhaite que les salariés effectuent des journées de travail plus denses. L’expérimentation doit commencer dans le courant du mois de février en Irlande et en avril aux Etats-Unis.

Plusieurs personnes défendent la semaine de travail écourtée. Selon elles, le modèle actuellement appliqué au Royaume-Uni n’est pas adapté, car le temps de travail serait certes plus élevé que la moyenne européenne, mais la productivité est l’une des plus faibles. Dans les entreprises ayant déjà testé cette semaine de quatre jours dans le monde, aucune baisse de la productivité n’aurait été enregistrée. Au contraire, les employés seraient plus épanouis, et une baisse des arrêts maladie aurait été constatée.