Maroc : Le pays et la communauté internationale sont sous le choc après le décès du petit Rayan

FAITS DIVERS Des hommages ont afflué en provenance du monde entier sur les réseaux sociaux. Emmanuel Macron a fait part de son émotion dans un tweet

20 Minutes avec AFP
— 
Une famille regarde l'annonce à la télévision du petit Rayan, le 5 février 2022 au Maroc.
Une famille regarde l'annonce à la télévision du petit Rayan, le 5 février 2022 au Maroc. — Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Le Maroc était sous le choc dimanche, au lendemain de la découverte du corps sans vie du petit Rayan, tombé accidentellement dans un puits en début de semaine, et retrouvé mort malgré cinq jours d’efforts acharnés  des sauveteurs, suivis dans le monde entier. Signe de la forte émotion provoquée par le drame, c’est le cabinet royal qui a annoncé samedi en fin de soirée le décès de l’enfant de cinq ans. « Suite au tragique accident qui a coûté la vie à l’enfant Rayan Oram, Sa Majesté le roi  Mohammed VI a appelé les parents du défunt, décédé après être tombé dans un puits », a-t-il fait savoir dans un communiqué.

La course contre la montre menée depuis cinq jours par les sauveteurs avait été suivie en direct par de nombreux internautes et samedi soir, les hommages ont afflué sur les réseaux sociaux en provenance du monde entier, du Maghreb jusqu’en Irak, au Yémen, en France ou aux Etats-Unis, dans toutes les langues. « Le courage de Rayan restera dans nos mémoires et continuera de nous inspirer. Le dévouement du peuple marocain et des secouristes également », a écrit l’international algérien du Milan AC, Ismaël Bennacer, dans un tweet accompagné du dessin d’un enfant s’élevant dans le ciel accroché à un ballon en forme de cœur aux couleurs du Maroc.

La communauté internationale bouleversée

« Epilogue tragique… Tristesse et choc au Maroc… La chute d’un enfant qui a rappelé au monde entier les valeurs de l’humanité », a commenté la presse dominicale. « Nous avions tous gardé l’espoir que le petit Rayan s’en sorte. Tout ceci est tellement tragique », a également réagi sur Twitter la romancière maroco-américaine Laila Lalami, tandis que le président français Emmanuel Macron disait sur Facebook « à la famille du petit Rayan et au peuple marocain que nous partageons leur peine ».

Visiblement ému, le pape François a salué « tout un peuple (marocain) qui s’est rassemblé pour sauver Rayan », lors de la prière de l’Angélus célébrée au Vatican. « Ils ont tout tenté, malheureusement il n’a pas survécu. Mais quel exemple. Merci à ce peuple pour ce témoignage », a réagi François.

Le triste souvenir de Julen

Il a fallu cinq jours aux secouristes pour parvenir jusqu’à l’enfant car ils ont dû d’abord forer une énorme crevasse en profondeur puis un tunnel en horizontal. Rayan était tombé accidentellement mardi dans le puits asséché de 32 mètres, étroit et difficile d’accès, creusé près de la résidence familiale dans le village d’Ighrane, dans la province de Chefchaouen, dans le nord du royaume. Entrés dans une brèche horizontale samedi d’après-midi, les sauveteurs avaient continué leur travail centimètre par centimètre, creusant à la main pour éviter tout éboulement.

« Les funérailles auront lieu demain (lundi) », a déclaré à l’AFP Abderrahim Bouazza, le député de la province de Chefchaouen. Aucune information officielle n’a filtré sur une éventuelle autopsie, mais elle est probablement à l’origine du retard des obsèques. D’après la tradition musulmane, les obsèques se déroulent rapidement après le décès. Cet accident fait écho à un drame survenu début 2019 en Andalousie (Espagne), où Julen, deux ans, avait péri après avoir chuté dans un puits de 25 centimètres de diamètre et de plus de 100 mètres de profondeur. Son corps avait été retrouvé après 13 jours de recherches d’une ampleur exceptionnelle.