Irlande du Nord : le Premier ministre démissionne sur fond de questions douanières post-Brexit

BYE-BYE Le Premier ministre nord-irlandais Paul Givan a démissionné, une décision notamment motivée par les questions douanières post-Brexit

20 Minutes avec AFP
Le Premier ministre nord-irlandais Paul Givan. (PHOTO D'ILLUSTRATION)
Le Premier ministre nord-irlandais Paul Givan. (PHOTO D'ILLUSTRATION) — Peter Morrison/AP/SIPA

Servir le peuple d’Irlande du Nord a été le « privilège de sa vie ». Le Premier ministre nord-irlandais Paul Givan (unioniste) a démissionné ce jeudi. Sa décision a été motivée par la grogne de son camp contre les dispositions douanières  post-Brexit, accusées de menacer la place de  l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni.

Une nouvelle crise politique et une période d’incertitudes s’ouvrent en Irlande du Nord, alors que Londres et Bruxelles sont engagés dans d’intenses discussions sur le protocole nord-irlandais, qui a introduit ces contrôles controversés.

Bouleversement du pouvoir

Dans un communiqué publié sur Twitter, Paul Givan a remercié le peuple nord-irlandais et déclaré que les servir avait été le « privilège de sa vie ».


Son départ entraîne mécaniquement la chute de la vice-Première ministre Michelle O’Neill, du parti républicain Sinn Fein avec qui les unionistes du DUP partagent le pouvoir.

Une démission "décevante"

Dans la foulée, le ministre britannique chargé de l’Irlande du Nord, Brandon Lewis, s’est dit « extrêmement déçu » et a exhorté le DUP à remettre en place « immédiatement » le Premier ministre nord-irlandais.


« La priorité du gouvernement britannique est de voir un exécutif nord-irlandais qui fonctionne pour un avenir meilleur, plus prospère et partagé pour toute la population d’Irlande du Nord », a-t-il ajouté.

Une "menace pour l’union" en Irlande

Conçu pour empêcher le rétablissement d’une frontière physique avec l’Irlande voisine qui risquerait de fragiliser la paix conclue en 1998 après trois décennies d’affrontements sanglants entre unionistes et républicains, le protocole nord-irlandais maintient la province britannique dans le marché unique et l’union douanière européens.

« C’est le moment de dire assez », a déclaré le chef du DUP, Jeffrey Donaldson, pour qui le protocole nord-irlandais représente « une menace existentielle à l’union et à l’avenir de l’Irlande du Nord au sein du Royaume-Uni ». De son côté, Mary Lou McDonald, la cheffe du Sinn Fein, favorable au rattachement de l’Irlande du Nord à la république d’Irlande voisine, a appelé à la tenue d’élections sans attendre le scrutin prévu en mai.