Union européenne : Emmanuel Macron propose un conseil de pilotage pour l’espace Schengen

COORDI-NATIONS Le président français a proposé mercredi que l’Union européenne crée, dès le 3 mars, un conseil de pilotage de l’espace Schengen, doté d’un mécanisme d’intervention rapide

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron souhaite réformer l'espace Schengen.
Emmanuel Macron souhaite réformer l'espace Schengen. — Yoan VALAT / POOL / AFP

« Nous souhaitons établir un véritable conseil Schengen pour piloter l’espace Schengen, à l’image de ce que nous avons su faire pour la zone euro », a expliqué  Emmanuel Macron, à  Tourcoing (Nord) devant les ministres européens de l’Intérieur  qui doivent plancher sur le sujet à  Lille jeudi et vendredi. Le président français a déploré l’absence « d’une réelle politique concertée d’anticipation et de planification » face aux crises aux frontières extérieures.

Réunissant régulièrement les ministres compétents autour d’un « coordonnateur », un conseil de pilotage pourrait se tenir pour la première fois dès le 3 mars, date de la prochaine réunion des ministres, a-t-il souhaité. « Ce conseil peut devenir le visage d’une Europe forte », a-t-il insisté.

« De graves vulnérabilités » aux frontières

La commissaire européenne aux Affaires intérieures, Ylva Johansson, a salué une « très bonne idée ». « Aujourd’hui nous avons de graves vulnérabilités. L’année dernière Frontex a estimé que 39 millions de gens étaient entrés dans l’espace Schengen sans avoir fait l’objet de vérifications dans le système d’information Schengen », a-t-elle indiqué.

Autre préconisation développée par M. Macron, la création « d’un mécanisme de solidarité et d’intervention rapide en cas de crise aux frontières extérieures de l’Union ». « Cette plateforme serait, au fond, le bras armé du nouveau conseil Schengen sur le terrain », a expliqué le président français. Elle permettrait une « mobilisation rapide des ressources européennes et bilatérales dans les situations de crise, en complémentarité de l’action de Frontex ».

Un soutien « aux pays de première arrivée des migrants »

Troisième proposition : « Se doter d’une politique commune d’asile et d’immigration ». Conscient des divisions entre pays européens à ce sujet, il a proposé une approche progressive, en commençant par un soutien financier aux pays de première arrivée des migrants. Son objectif, « une convergence accrue des systèmes d’asile », en commençant par régler « les dysfonctionnements évidents des règlements de Dublin ».

Enfin, l’UE doit appliquer « une politique plus opérationnelle et plus unie » en matière d’expulsion des migrants illégaux vers leur pays d’origine. « Ceci suppose de travailler avec les pays de départ et de transit » pour « adapter notre politique de visas à l’égard de pays tiers non coopératifs en matière de réadmission, mais de manière européenne et coordonnée ».

Le sommet entre l’Union africaine et l’  Union européenne les 17 et 18 février « sera l’occasion d’une impulsion forte en la matière », a-t-il dit.