Vaccination au Canada : Les camionneurs du « Convoi de la liberté » ont-ils inscrit un record au « Guinness » ? Non !

FAKE OFF Des centaines de chauffeurs routiers se sont mobilisées à Ottawa le week-end dernier pour protester contre la vaccination obligatoire imposée pour franchir la frontière entre les Etats-Unis et le Canada

Maïwenn Furic
— 
De nombreux internautes annoncent que le convoi des routiers qui s'est tenu ce week-end au Canada sera inscrit au Guinness des records.
De nombreux internautes annoncent que le convoi des routiers qui s'est tenu ce week-end au Canada sera inscrit au Guinness des records. — Jeff McIntosh/AP/SIPA
  • De nombreux camionneurs ont traversé le Canada d’ouest en est, la semaine dernière, avant de converger vers Ottawa, la capitale.
  • L’objectif initial de ce « Convoi de la liberté » était de protester contre la vaccination contre le Covid-19 imposée aux chauffeurs routiers pour franchir la frontière qui sépare leur pays des Etats-Unis.
  • Depuis la mobilisation, des internautes affirment qu’il s’agit du « plus long convoi de l’histoire », au point d’entrer dans le Guinness des records, et qu’il sera donc inscrit au Guinness des records. Vraie information ou fake news ? 20 Minutes répond.

Le convoi des camionneurs canadiens « vient de battre le record Guinness [du] plus long convoi de l’histoire !! », affirment plusieurs internautes sur les  réseaux sociaux depuis ce week-end. Leurs publications s’accompagnent de photos  de la mobilisation qui a eu lieu la semaine dernière dans le pays. Plusieurs convois sont partis de la Colombie-Britannique, sur la côte Pacifique, il y a une semaine, pour gagner Ottawa, à l’est.

De nombreux internautes annoncent que le convoi des routiers qui s'est tenu ce week-end au Canada sera inscrit au Guinness des records.
De nombreux internautes annoncent que le convoi des routiers qui s'est tenu ce week-end au Canada sera inscrit au Guinness des records. - Capture d'écran

Partie de la grogne des chauffeurs routiers contre l’obligation  vaccinale imposée pour franchir la frontière entre le Canada et les  Etats-Unis, le mouvement s’est ensuite étendu à des revendications plus larges. La dégradation de leurs conditions de travail en raison des restrictions sanitaires a également été dénoncée par les professionnels.

Mais s’agit-il réellement d’un exploit qui sera inscrit au Guinness des records ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Déterminer le nombre précis de camions qui ont pris part au convoi est difficile, certains routiers ayant pris part seulement temporairement au déplacement. S’ajoutent à cela les milliers de personnes qui se sont jointes à la manifestation. Au point culminant de la mobilisation, samedi, l’AFP a dénombré « des milliers de personnes et des centaines de camions » à Ottawa.

Quoi qu’il en soit, les organisateurs de la manifestation n’ont pas déposé de demande d’homologation d’un éventuel record auprès du Guinness des records. L’éditeur britannique confirme à 20 Minutes que le convoi canadien « n’est pas une tentative officielle de titre Guinness World Records ».

Des démarches précises

Pour pouvoir figurer dans les records du Guiness, il faut en effet apporter une série de preuves et déposer un dossier déposé en amont de l’événement. Une fois la candidature déposée, et si elle est acceptée, un guide est fourni afin de fixer les règles d’établissement du record. « Chaque tentative de record nécessite deux déclarations de témoins […] par des personnes indépendantes qui vérifient tous les détails pertinents d’une tentative de record »,  indique le site du Guinness.

Le record du défilé le plus long a été enregistré au Caire (Egypte) le 20 novembre 2020. Le convoi était composé de 480 camions sur 7,5 kilomètres.

L’Alliance canadienne du camionnage, importante association du secteur, a « fortement désapprouvé » le « Convoi de la liberté » : « La grande majorité de l’industrie canadienne du camionnage est vaccinée, le taux de vaccination global de l’industrie chez les camionneurs reflétant étroitement celui du grand public ». Dans un communiqué, l’alliance estime que « de telles actions ne sont pas la manière dont les désaccords avec les politiques gouvernementales doivent être exprimés ».