Conflit Ukraine-Russie : Visite à Kiev ce mardi du Premier ministre britannique Boris Johnson

DIPLOMATIE Boris Johnson va réitérer son soutien au président Volodymyr Zelensky. Il compte aussi discuter avec Vladimir Poutine « dès que possible » pour lui demander de « reculer »

20 Minutes avec AFP
Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant le 10 Downing Street, à Londres le 31 janvier 2022.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson devant le 10 Downing Street, à Londres le 31 janvier 2022. — James Veysey//SIPA

Les rencontres diplomatiques continuent sur le dossier ukrainien. Le Premier ministre britannique Boris Johnson se rend ce mardi à  Kiev où il discutera avec le président des tensions à la frontière.

« En tant qu’ami et partenaire démocratique, le Royaume-Uni continuera de défendre la souveraineté de l’Ukraine face à ceux qui cherchent à la détruire », a déclaré Boris Johnson dans un communiqué de Downing Street. « Nous exhortons la Russie à reculer et à engager un dialogue pour trouver une solution diplomatique et éviter de nouvelles effusions de sang », a poursuivi le dirigeant.

Une aide à l’Ukraine de plus de 100 millions d’euros

Les discussions entre le Premier ministre britannique et le président ukrainien Volodymyr Zelensky porteront sur le soutien stratégique apporté par le Royaume-Uni à l'  Ukraine. Le gouvernement britannique a ainsi annoncé qu’il apportera une aide de 88 millions de livres sterling (105 millions d’euros) pour soutenir une gouvernance stable et réduire la dépendance énergétique de l’Ukraine envers la  Russie​.

Boris Johnson avait reçu le président Zelensky à Downing Street en octobre 2020. Les deux hommes étaient alors convenus d’intensifier les relations entre leurs pays dans des domaines tels que la défense, le commerce et la coopération politique. Leur dernier entretien remonte au 13 janvier, date à laquelle ils ont exprimé leur volonté de continuer à travailler étroitement, aux côtés de partenaires internationaux, pour empêcher une agression de la Russie.

Nouveau dispositif de sanctions

Lors de sa visite à Kiev, Boris Johnson devait être accompagné de sa cheffe de la diplomatie, Liz Truss mais celle-ci a annoncé dans un tweet lundi soir qu’elle avait été testée positive au coronavirus et « travaillera (it) de la maison » pendant sa période d’isolement obligatoire. Liz Truss a en outre annoncé lundi au Parlement britannique un projet de loi visant à durcir le régime de sanctions du Royaume-Uni, un dispositif qui pourrait être utilisé en cas d’attaque de la Russie contre l’Ukraine.

Elle a souligné que ce régime de sanctions, qui doit être mis en place d’ici au 10 février, serait le « plus sévère » jamais mis en place contre la Russie. Parallèlement, Boris Johnson a déclaré lundi devant les députés britanniques qu’il comptait appeler le président Poutine « dès que possible » et lui demander de nouveau de « reculer » et de choisir la voie diplomatique.