Syrie : Les combats après l’attaque par Daesh d’une prison ont fait au moins 373 morts

GUERRE Le 20 janvier, l’Etat islamique a donné l’assaut contre la prison de Ghwayran dans le nord-est du pays. Des combats ont depuis opposé les djihadistes aux forces kurdes

20 Minutes avec AFP
— 
Des djihadistes de l'Etat islamique arrêtés le 21 janvier 2021 par les forces kurdes à la suite de l'attaque de la prison de Ghwayran, à Hassaké en Syrie.
Des djihadistes de l'Etat islamique arrêtés le 21 janvier 2021 par les forces kurdes à la suite de l'attaque de la prison de Ghwayran, à Hassaké en Syrie. — Uncredited/AP/SIPA

Le bilan depuis l’assaut le 20 janvier de la prison de Ghwayran, à Hassaké, est terrible et il pourrait continuer de s’alourdir. L’attaque des djihadistes de l’Etat islamique (EI) contre cette prison du nord-est de la Syrie et les combats les opposant aux forces kurdes ont fait 373 morts, selon les derniers chiffres donnés dimanche soir par l’Observatoire syrien des  droits de l’Homme (OSDH).

Selon cette ONG, au vaste réseau de sources en Syrie, 268 djihadistes, 98 membres des forces kurdes et 7 civils sont morts. « Le bilan est provisoire car il y a des dizaines de cadavres mutilés qui n’ont pas pu être identifiés, » a précisé Rami Abdel Rahmane, le directeur de l’OSDH.

Des détenus en fuite

Plus tôt dans la journée, les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes, ont annoncé la fin des opérations de ratissage dans la prison. Fer de lance de la lutte contre les djihadistes en Syrie, les FDS avaient déclaré mercredi avoir repris le contrôle de la prison, à l’issue de six jours d’intenses combats. Mais des combats sporadiques les ont ensuite opposés aux djihadistes de l’EI, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’établissement.

D’après l’OSDH, 20 djihadistes se sont rendus dans la nuit de samedi à dimanche, et cinq autres sont morts dans des combats au sein de la prison. Les FDS enquêtent sur les circonstances de l’attaque de l’EI, a assuré l’OSDH. « Des dizaines de détenus de l’EI ont réussi à s’enfuir (…) dans les premières heures de l’attaque », a également précisé l’ONG.