Grippe aviaire : Plus de 200.000 poussins abattus aux Pays-Bas pour endiguer l’épidémie

SANTÉ Selon le ministère de l’Agriculture néerlandais, il s’agit « très probablement » du variant H5, le plus contagieux

20 Minutes avec agences
— 
Depuis octobre, les élevages néerlandais doivent confiner leurs oiseaux en raison de l'épidémie de l'influenza aviaire (illustration).
Depuis octobre, les élevages néerlandais doivent confiner leurs oiseaux en raison de l'épidémie de l'influenza aviaire (illustration). — S. Grits / SIPA

Les autorités sanitaires des Pays-Bas ont fait abattre lundi plus de 200.000 poussins dans deux fermes infectées par  la grippe aviaire. Quelque 170.000 poussins ont été tués au nord d’Amsterdam, et 46.000 autres jeunes oiseaux ont été abattus à Willemstad, dans le sud du pays.

Dans les deux cas, « il s’agit très probablement du variant H5, hautement contagieux », a déclaré lundi le ministère néerlandais de l’Agriculture dans un communiqué. En octobre, les Pays-Bas avaient annoncé un confinement des volailles. Les agriculteurs étaient priés de garder les oiseaux à l’intérieur pour endiguer la propagation de la maladie.

Une épidémie partout en Europe

A ce jour, au moins 20 exploitations ont été touchées et des centaines de milliers d’oiseaux ont été abattus par des agents de l’Autorité nationale de sécurité alimentaire néerlandaise. La grippe aviaire a touché depuis plusieurs mois de nombreuses exploitations partout en Europe, obligeant les autorités à prendre des mesures drastiques.

En France, le gouvernement a annoncé le 20 janvier qu’il s’apprêtait à abattre plus d’un million de volatiles dans les semaines à venir, pour lutter contre la recrudescence de l’influenza aviaire. Des foyers ont également été signalés en Belgique, au Royaume-Uni, en République tchèque et même au Burkina Faso, où 500.000 volailles sont mortes ou ont été abattues.