Allemagne : 125 catholiques font leur coming-out et dénoncent les discriminations de l’Eglise

LGBT+ Les signataires du manifeste réclament une modification du Code du travail de l’Eglise catholique

20 Minutes avec agences
— 
Un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT .
Un drapeau arc-en-ciel, symbole de la communauté LGBT . — Richard Milnes//SIPA

Une centaine de catholiques homosexuels, prêtres ou impliqués dans leur paroisse, ont fait leur coming-out ensemble ce lundi en Allemagne. Ces 125 personnes souhaitent dénoncer la politique « discriminatoire » de l’Eglise dans leur pays.

Ces prêtres, professeurs de théologie salariés de l’Eglise ou catholiques pratiquants ont révélé leur homosexualité sur le site dédié « #OutInChurch ». Ni « l’orientation sexuelle ou l’identité de genre », ni « l’engagement dans une relation ou un mariage non hétérosexuel » ne doivent être « un obstacle à l’embauche ou un motif de licenciement », estiment-ils dans un manifeste.

« Tout le monde se tait »

Les 125 signataires réclament un changement du Code du travail de l’Eglise catholique, avec la suppression des « formulations dégradantes et excluantes » dans les règlements. Ils veulent en finir avec un « système de dissimulation, de double morale et de malhonnêteté ».

Les Eglises protestante et catholique emploient 1,3 million de personnes en Allemagne et représentent ainsi le 2e plus important employeur du pays derrière le service public. « Je suis gay et personne ne le sait », confie un prêtre, aumônier dans une prison, au magazine Bild. « Tout le monde se tait, tout le monde regarde ailleurs. […] Nous sommes si nombreux et l’Eglise ne veut pas le voir. »

Deux femmes, une ancienne directrice de centre Caritas et une professeure de théologie, ont dissimulé leur relation pendant quarante ans de peur de perdre leur emploi. Elles ont fait leur coming-out ce lundi, deux ans après leur mariage célébré en secret. Les signataires ont reçu le soutien de l’archevêque de Hambourg, Stefan Hesse.

De nouvelles affaires de pédocriminalité

La question LGBT+ fait l’objet de vifs débats dans l’Eglise. Le pape François suit la tradition catholique sur le mariage (union entre un homme et une femme en vue de procréer) et a critiqué plusieurs fois la théorie du genre, qualifiée de « projet idéologique ». Une note du Vatican considérant l’homosexualité comme un « péché » a été approuvée en mars 2021 par le souverain pontife.

Quelques jours plus tôt, de nouvelles accusations visant l’Eglise allemande dans des affaires de pédocriminalité ont fait surface. Un rapport indépendant a mis en cause de hauts dignitaires, dont l’ancien pape Benoît XVI accusé d’inaction face à des prêtres pédocriminels à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Le pape émérite a  reconnu ce lundi avoir dissimulé des soupçons d’agressions sexuelles sur mineurs.