Erasmus : L'Union européenne veut faciliter la mobilité des apprentis

ETRANGER Les apprentis se heurtent aux droits du travail très différents selon les pays

20 Minutes avec agences
— 
Illustration du drapeau européen, de l'Union européenne.
Illustration du drapeau européen, de l'Union européenne. — Markus Schreiber/AP/SIPA

La Commission européenne va faire en 2022 des propositions pour lever les obstacles à la mobilité des  apprentis, qui bénéficient peu du programme d’échanges européen  Erasmus. C’est ce qu’elle a annoncé ce jeudi lors d’une conférence à Paris.

« Erasmus ne doit pas être limité aux universités. Seuls 3 à 4 % des apprentis bénéficient des programmes Eramus », a déploré le commissaire à l’Emploi, Nicolas Schmit, à l’occasion d’une conférence ministérielle sur la mobilité des apprentis organisée par la présidence française de l’UE pour les 35 ans d’Erasmus. A la différence des étudiants, les échanges d’apprentis, qui ont un contrat de travail avec un employeur, se heurtent aux droits du travail très différents d’un Etat membre à l’autre sur les alternants.



« Construire un espace européen d’apprentissage »

« La Commission va faire des propositions pour surmonter ces obstacles qui ne sont pas insurmontables. On peut construire un statut de l’apprenti en mobilité, non pas en harmonisant les législations mais en nous inspirant des bonnes pratiques existantes », a assuré le commissaire luxembourgeois. « Il faut construire un espace européen d’apprentissage avec des réseaux (…). L’Europe doit être le cadre naturel de chaque jeune en formation », a plaidé la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Les apprentis « ont besoin d’un accompagnement spécifique, avec la prise en compte de leurs droits, de la protection sociale, du logement », a ajouté la ministre en évoquant le financement d’un poste de « référent mobilité » dans chaque Centre de formation des apprentis. En France, le code du travail par exemple empêche un employeur de laisser partir son apprenti plus de quatre semaines, sauf à suspendre son contrat de travail, une durée insuffisante pour bénéficier pleinement d’une expérience à l’étranger. Ce point est identifié, selon la ministre, mais nécessite une modification de la loi, peu probable avant la fin de la législature.

Dans le budget de l’UE 2021-2027, le nouveau programme Erasmus + met précisément l’accent sur la mobilité longue et hors UE des apprentis et des stagiaires de la formation professionnelle. Il s’ouvre à deux nouveaux publics : les scolaires et les adultes en réinsertion professionnelle.