Les demandes d’asile en hausse de 28 % en 2021, mais loin du niveau d’avant la crise sanitaire

IMMIGRATION L’Afghanistan conforte sa place de principal pays d’origine des demandeurs d’asile en France, avec 16.126 dossiers déposés, devant la Côte d’Ivoire, le Bangladesh et la Guinée

20 Minutes avec AFP
— 
Demandeurs d'asile à Paris le è février 2021
Demandeurs d'asile à Paris le è février 2021 — Laurence Geai/SIPA

Si le niveau reste toutefois très en deçà de l’avant-crise sanitaire,  les demandes d’asile ont augmenté de 28,3 % en France en 2021, avec plus de 104.000 dossiers déposés, selon les statistiques provisoires de  l’immigration publiées par le ministère de l’Intérieur, ce jeudi.

Cette augmentation des demandes (104.577) déposées dans les guichets uniques dédiés (Guda) s’explique en partie par les opérations d’évacuation de milliers de ressortissants afghans de Kaboul​, après la prise de pouvoir des talibans mi-août 2021.

Hausse des « éloignements forcés »

L’Afghanistan conforte ainsi sa place de principal pays d’origine des demandeurs d’asile en France, avec 16.126 dossiers déposés (+62 %), loin devant la Côte d’Ivoire (6.268), le Bangladesh et la Guinée. Par ailleurs, les données provisoires font état d’une très légère reprise des « éloignements » des étrangers en situation irrégulière, dossier sur lequel le gouvernement peine à accélérer depuis la pandémie. Avec 10.091 expulsions à proprement parler, les « éloignements forcés » ont progressé de 10,8 %.

« La lutte contre l’immigration irrégulière se poursuit, dans un contexte toujours très contraint du fait des difficultés rencontrées à organiser des déplacements en période de crise sanitaire : activité consulaire réduite, difficulté d’obtention de laissez-passer consulaire, baisse du trafic aérien, refus de se soumettre aux tests », a expliqué la direction générale des étrangers en France (DGEF) du ministère.

Plus de 96.000 titres de séjour à des ressortissants britanniques

L’Intérieur a également annoncé que 52.000 migrants ont tenté de traverser la Manche vers la Grande-Bretagne l’an dernier, dont 28.000 ont réussi à passer côté anglais.

Malgré la crise politique entre Paris et Londres sur le dossier migratoire, qui a éclaté au grand jour avec le naufrage de 27 migrants qui tentaient la traversée en novembre dernier, la France a délivré l’an dernier plus de 96.000 titres de séjour à des ressortissants britanniques en raison du Brexit, a-t-on également appris.