La Corée du Nord menace de reprendre des essais de missiles nucléaires

ARMEMENT Il s’agit là de la réponse de Kim Jong Un aux récentes sanctions américaines

M.F avec AFP
— 
Kim Jong Un a annoncé lors lors d'une réunion du bureau politique que la Corée du Nord allait possiblement reprendre des essais de missiles nucléaires.
Kim Jong Un a annoncé lors lors d'une réunion du bureau politique que la Corée du Nord allait possiblement reprendre des essais de missiles nucléaires. — Ahn Young-joon/AP/SIPA

Rien ne va plus entre la Corée du Nord et les Etats-Unis. Kim Jong Un qui se prépare à « une confrontation de longue haleine » avec les Américains a menacé jeudi de reprendre les essais de missiles nucléaires et balistiques à longue portée. Pyongyang n’a pas procédé à ce genre de manœuvre militaire depuis 2017. A cette époque,  Kim Jong Un avait privilégié le dialogue avec les Etats-Unis, rencontrant notamment à trois reprises le président américain Donald Trump.

Mais la voie pacifique semble enterrée depuis 2019 et l’échec du sommet à Hanoï entre les deux dirigeants. Les négociations sont depuis cette date au point mort et la Corée du Nord, dotée de l’arme nucléaire, a rejeté toutes les offres de pourparlers. Le pays a par ailleurs repris ses essais, notamment de missiles hypersoniques.

Les sanctions américaines comme élément déclencheur

Les Etats-Unis ont imposé la semaine dernière de nouvelles sanctions à Pyongyang qui a procédé depuis début janvier 2022 à plusieurs lancements, dont deux missiles tactiques guidés.  « La politique hostile et la menace militaire des États-Unis ont atteint un seuil dangereux qui ne peut plus être ignoré », a rapporté jeudi l’agence officielle nord-coréenne KCNA en guise d’explication.

Pour cette raison, la réunion du bureau politique du comité central du Parti des travailleurs « a ordonné (…) d’examiner rapidement la question d’une reprise » de toutes les activités qui font l’objet d’un moratoire.

La réaction de l’administration Biden décisive

« Après cette annonce, il semble inévitable que Pyongyang procède à des lancements d’ICBM dans un avenir proche », a déclaré Hong Min de l’Institut coréen pour l’unification nationale à Séoul. Ankit Panda, du Carnegie Endowment pour la Paix internationale à Washington, estime que si des essais nucléaires semblent peu probables, « les essais de missiles à longue portée seront de retour ».

Kim Jong Un « réitère le message qu’il avait envoyé fin 2019 : l’attitude américaine ne lui donne aucune raison d’adhérer au moratoire qu’il s’est imposé » en 2018, analyse l’expert. « La dernière série de sanctions semble malheureusement avoir précipité cette étape ». Rachel Minyoung Lee du groupe de réflexion Stimson Center estime toutefois que « Pyongyang pourrait laisser une certaine marge de manœuvre, en fonction de la réaction de l’administration Biden ».