Coronavirus au Brésil : Avec 137.103 nouveaux cas en 24 heures, le pays bat son record

EPIDEMIE La moyenne sur les sept derniers jours se situait mardi soir à 83.204 contaminations

20 Minutes avec AFP
— 
Une femme attend son tour devant un centre pratiquant gratuitement des tests pour détecter le Covid-19, à Brasilia le 10 janvier 2022.
Une femme attend son tour devant un centre pratiquant gratuitement des tests pour détecter le Covid-19, à Brasilia le 10 janvier 2022. — Eraldo Peres/AP/SIPA

Le coronavirus continue de submerger le Brésil. Le pays a enregistré un nouveau record de contaminations par le  Covid-19 en 24 heures, avec 137.103 cas, selon le dernier bilan fourni mardi par le ministère de la Santé.

Ce pays de 213 millions d’habitants, le deuxième le plus endeuillé de la planète par la pandémie derrière les Etats-Unis, déplore au total quelque 23,2 millions de cas et 621.517 morts depuis le début de 2020. Le précédent record datait du 23 juin, quand 115.228 nouvelles contaminations avaient été enregistrées en 24 heures.

Les fêtes de fin d’année mises en cause

Le nombre des cas a explosé en janvier, en raison des fêtes de fin d’année et de l’arrivée du variant Omicron, qui se répand comme une traînée de poudre dans le pays. La moyenne sur les sept derniers jours se situait mardi soir à 83.204 contaminations. À titre de comparaison, la moyenne mobile de cas quotidiens était de seulement 8.000 en fin d’année dernière. Dans tout le pays, les Brésiliens doivent parfois attendre des heures dans de longues files d’attente pour se faire tester par les laboratoires ou pharmacies. Les résultats peuvent dans certains cas prendre quatre jours avant d’arriver.

« Le pic devrait être atteint en février et la situation devrait se stabiliser à nouveau », a expliqué l’épidémiologiste Ethel Maciel, de l’Université Fédérale d’Espirito Santo (Ufes). « Mais on ne sait pas encore quel sera l’impact du carnaval » fin février, a-t-elle prévenu. Le carnaval de rue a été annulé dans la plupart des métropoles brésiliennes, mais l’incertitude plane encore sur la tenue ou non des défilés des écoles de samba dans l’emblématique sambodrome de Rio de Janeiro.

Deux prochaines semaines « décisives »

Les compagnies aériennes ont par ailleurs été autorisées à voler avec moins de membres d’équipage en raison de l’explosion de cas positifs au sein de leur personnel. Selon Ethel Maciel, « la pression sur les services de santé publique est déjà très forte et les deux prochaines semaines seront décisives pour observer l’impact des contaminations des fêtes de fin d’année sur les hospitalisations ». Mais cette spécialiste ne craint pas néanmoins une nouvelle vague meurtrière comme il y a un an au Brésil, « quand la vaccination n’était qu’à ses débuts ».

Près de 70 % des Brésiliens sont totalement immunisés et la vaccination des enfants de cinq à onze ans a débuté cette semaine, malgré les critiques du président Jair Bolsonaro. Le chef d’Etat, qui a toujours minimisé la gravité de la pandémie, a assuré qu’il ne ferait jamais vacciner sa fille Laura, onze ans, et il est lui-même non-vacciné.