Trois avancées capitales pour une union politique

© 20 minutes

— 

Débats, tensions et désaccords au sein de l’Union européenne font souvent la une des journaux. Pourtant, au cours des négociations sur la Constitution, les chefs d’Etat et de gouvernement sont parvenus à s’accorder sur quelques points capitaux. n La présidence du Conseil Actuellement la présidence du Conseil change tous les six mois, ce qui ne permet pas de mener une véritable politique. La Constitution institue un poste permanent de président du Conseil, élu par les 25 dirigeants européens, pour deux ans et demi, renouvelable une fois. n Le ministre européen des Affaires étrangères Le poste de ministre européen des Affaires étrangères est créé. Vice-président de la Commission et membre du Conseil, il portera la voix de l’Union à l’étranger. Il aura en charge à la fois la politique de sécurité commune et la politique de coopération et de développement. n Des coopérations renforcées Après bien des débats, il semble que le principe de coopération renforcée soit acceptée par tous. Il autorise un groupe de pays qui le désire à avancer plus loin dans la construction européenne. A condition toutefois d’y être autorisé, à l’unanimité, par les 25 Etats membres de l’Union.