Ouverture du procès des meurtriers présumés de deux étudiants français à Londres

JUSTICE Gabriel Ferez et Laurent Bonomo avaient été retrouvés ligotés et bâillonnés, portant les traces de 250 coups de couteau à eux deux...

Julien Ménielle

— 

Un chômeur sans domicile fixe de 33 ans a été inculpé mercredi du meurtre fin juin à Londres de deux étudiants français, Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, et deux autres personnes ont été interpellées mercredi dans le cadre de l'enquête.
Un chômeur sans domicile fixe de 33 ans a été inculpé mercredi du meurtre fin juin à Londres de deux étudiants français, Laurent Bonomo et Gabriel Ferez, et deux autres personnes ont été interpellées mercredi dans le cadre de l'enquête. — AFP/Archives

Nigel Edward Famer, 33 ans, et Daniel Sonnex, 23 ans, sont accusés d'avoir sauvagement poignardé deux étudiants français en juin dernier. Leur procès s'est ouvert à Londres, ce mercredi, en présence de parents des victimes.

Le seul cambriolage reconnu par l'un des accusés

A l'automne, Nigel Edward Famer et Daniel Sonnex avaient annoncé leur intention de plaider non coupable de tous les chefs d'accusation. Peu après l'ouverture de l'audience, l'avocat de Daniel Sonnex a annoncé que son client plaidera finalement coupable pour le seul chef de cambriolage.

A l'époque des faits, la violence de l'agression avait choqué. Scotland Yard avait qualifié l'attaque d'«horrible» après la découverte des corps de Gabriel Ferez et Laurent Bonomo, retrouvés ligotés et bâillonnés dans leur studio du quartier de New Cross, dans le sud-est de la capitale.

Une agression ultraviolente pour un maigre butin

Ils portaient les stigmates de 250 coups de couteau à eux deux, sur le cou, le dos, le torse et la tête, relançant la polémique sur les agressions à l'arme blanche outre-Manche. Avant de prendre la fuite avec un maigre butin (deux téléphones portables, une carte bancaire et deux consoles de jeux portables), les meutriers avaient mis le feu au studio, vraisemblablement pour tenter d'effacer des preuves.

Pour séquestration, cambriolage et incendie volontaire, les deux accusés encourent la réclusion à perpétuité. D'après le juge, le procès est prévu pour durer jusqu'à fin mai, et les jurés devraient entamer leurs délibérations début juin.