Obama inaugure une nouvelle ère avec l'Amérique du sud

DIPLOMATIE Le président américain se dit prêt à faire évoluer sa position sur Cuba...

Avec agence

— 

ALFONSO OCANDO - MIRAFL/EPA/SIPA

Barack Obama inaugure une nouvelle ère dans les relations parfois tendues entre les Etats-Unis et l’Amérique latine. Vendredi soir, au premier jour du sommet des Amériques, le président américain a pris le contrepied de son prédécesseur George Bush. Le nouveau président américain a ainsi opté pour un rapprochement avec les pays d’Amérique latine.

Poignée de main avec Chavez

Obama s’est notamment tourné vers le président Vénézuélien Hugo Chavez, véritable bête noire de Washington. Les deux hommes ont échangé vendredi une poignée de main chaleureuse, affichant leur entente devant la presse.

Le président américain a ensuite, dans son discours, mis ses détracteurs devant leurs responsabilités. «Les Etats-Unis ont changé», a-t-il fait valoir, ajoutant: «J'estime donc important de rappeler aux dirigeants ici présents que les Etats-Unis ne sont pas le seuls à devoir changer». Dans l'esprit de Barack Obama, c'est aussi cela le «partenariat d'égal à égal» qu'il propose aux Latino-américains. «Je ne suis pas venu ici m'occuper du passé, mais de l'avenir», a-t-il dit.

Dialogue avec Cuba?

La question de Cuba, exclue de l'Organisation des Etats américains (OEA) en 1962 et qui n’a pas été invitée à participer aux sommets des Amériques, n’a pas encore été tranchée. Mais Barack Obama a voulu montrer que les Etats-Unis étaient prêts à faire évoluer leur position. Le président américain a affirmé vendredi croire dans la possibilité de donner «une nouvelle direction» aux relations avec Cuba, évoquant même un dialogue possible avec le régime castriste.

Jeudi, le président cubain Raul Castro avait le premier fait preuve d’ouverture, assurant être ouvert «à un dialogue sur tout» avec Washington, «y compris, les droits de l'homme, la liberté de la presse, les prisonniers politiques». L’embargo devrait également être au menu d’une éventuelle rencontre entre les deux hommes.

Samedi

Samedi, un autre rendez-vous capital attend Barack Obama. Les douze membres de l'Union des Nations sud-américaines (Unasur), organisation économique et politique créée il y a à peine un an, doivent rencontrer ensemble le président américain. Objectif: se pencher sur «le développement, la sécurité énergétique et l'environnement durable» des Amériques.