Allemagne: accord entre la police et les fournisseurs d'accès à Internet pour lutter contre la pédopornographie

CRIMINALITE Les enquêteurs tiendront à jour une liste de sites interdits, dont l'accès sera bloqué...

J.M. avec agence

— 

La police polonaise a annoncé mercredi avoir interpellé 61 personnes dans le cadre d'une vaste enquête sur la diffusion d'images à caractère pédophile sur internet, qui avait déjà conduit en septembre à 138 interpellations.
La police polonaise a annoncé mercredi avoir interpellé 61 personnes dans le cadre d'une vaste enquête sur la diffusion d'images à caractère pédophile sur internet, qui avait déjà conduit en septembre à 138 interpellations. — Jussi Nukari AFP/Archives

C'est l'union sacrée contre les pédophiles. Les principaux fournisseurs d'accès à Internet allemands se sont engagés ce vendredi à bloquer l'accès aux sites web pédopornographiques que leur signaleront les enquêteurs de la police criminelle.

La liste des sites interdits sera mise à jour quotidiennement par la police. Les internautes qui tenteront d'accéder à l'un de ces sites obtiendront un message d'erreur, mais leur adresse IP ne sera pas communiquée aux autorités.

Un coup à la «webcriminalité»

Grâce à ce dispositif, ceux qui mettent en ligne des images pédopornographiques «gagneront moins d'argent», ce qui portera un coup à la «webcriminalité», a assuré la ministre allemande de la Famille, Ursula von der Leyen.

La mesure, inspirée des dispositifs en vigueur en Scandinavie, aux Pays-Bas, en Suisse, au Royaume-Uni ou au Canada, doit être effective au plus tard dans six mois. L'accord a été salué par l'Unicef comme «étape importante» qui doit cependant être suivie d'autres mesures pour lutter contre l'ensemble de la filière pédophile.

Le «Chaos computer club» craint la censure

Il a revanche été vivement critiqué par le «Chaos computer club» (CCC), une association opposée à la censure sur Internet. «Le système pourrait facilement être étendu et conduire à la censure de n'importe quel site Web», a dénoncé le CCC, dont des militants ont manifesté ce vendredi matin à Berlin en marge de la signature de l'accord.

«Chacun sait que les abus sur les enfants ne peuvent être combattus avec des listes secrètes» de sites interdits, a assuré l'association dans un communiqué. La veille, la police allemande avait annoncé avoir identifié, grâce à un logiciel de surveillance, quelque 9.000 «internautes pédophiles» présumés dans le monde entier, dont 1.000 en Allemagne.