Pas de nouveau procès pour Troy Davis

JUSTICE La cour d'appel fédérale d'Atlanta (Géorgie) a rejeté le recours du condamné à mort, qui affirme depuis près de vingt ans être innocent du meurtre d'un policier en 1989...

Avec agence

— 

Une cour d'appel fédérale américaine a suspendu vendredi l'exécution de Troy Davis prévue lundi en Géorgie (sud-est), alors que ce Noir américain assure ne pas avoir commis le meurtre d'un policier blanc pour lequel il a été condamné à mort.
Une cour d'appel fédérale américaine a suspendu vendredi l'exécution de Troy Davis prévue lundi en Géorgie (sud-est), alors que ce Noir américain assure ne pas avoir commis le meurtre d'un policier blanc pour lequel il a été condamné à mort. — AFP/Archives

Il reste plus que jamais cloîtré dans le couloir de la mort. Lors d'un arrêt rendu jeudi, la cour d'appel fédérale d'Atlanta a estimé, par deux juges contre un, que Troy Davis n'avait pas fourni «des éléments suffisament convaincants pour démontrer son innocence et nous obliger à agir». Sa demande d’un nouveau procès est rejetée.

L'exécution de Davis, un Noir âgé de 40 ans devenu un symbole de la lutte contre la peine de mort aux Etats-Unis, est toutefois suspendue pour 30 jours car il peut faire appel devant la Cour Suprême.

Lors de l'audience devant les trois juges, en décembre, les avocats du condamné avaient affirmé que l'essentiel des témoins qui ont accablé Troy Davis lors de sa condamnation en 1991 se sont rétractés depuis.

«Le fait d'exécuter Davis est inconcevable et anticonstitutionnel»

La juge Rosemary Barkett a affirmé que «le fait d'exécuter Davis, alors qu'il y a un volume significatif de preuves qui pouraient établir son innocence, est inconcevable et anticonstitutionnel». Insuffisant toutefois pour faire fléchir ses deux acolytes, qui se basent sur des problèmes de dépassement de délais pour le dépôt d'appels ou de recours.

L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a regretté cette décision, qualifiée «d'entrave à la justice»: «Elle pourrait conduire à l'exécution d'un homme qui présente de fortes probabilités d'innocence».

Le 23 septembre 2008, la Cour suprême des Etats-Unis avait suspendu l'exécution de Davis par injection létale, programmée dans la soirée.