Mort de Desmond Tutu : D'Emmanuel Macron au Dalaï Lama, les hommages se multiplient

MEMOIRE L'ancien archevêque, icône de la lutte anti-apartheid et prix Nobel de la paix, est décédé ce dimanche à 90 ans

X.R. avec AFP
— 
Desmond Tutu, souriant et toujours très expressif, était toujours écouté par la communauté internationale.
Desmond Tutu, souriant et toujours très expressif, était toujours écouté par la communauté internationale. — Alessandro Della Bella/AP/SIPA

Le « combat » de Desmond Tutu « pour la fin de l’apartheid et la réconciliation sud-africaine restera dans nos mémoires », a salué dimanche le président français Emmanuel Macron, après l’annonce du  décès de l’icône de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud. Le religieux, prix Nobel de la paix, « consacra sa vie aux droits de l’Homme et à l’égalité des peuples », rappelle le chef de l’Etat dans un tweet, joignant sa voix au concert international d’hommages à l’ancien archevêque anglican du Cap.


Premier à réagir, le président sud-africain Cyril Ramaphosa a exprimé « sa profonde tristesse suite au décès » de ce « patriote sans égal ». Sa mort « est un nouveau chapitre de deuil dans l’adieu de notre nation à une génération de Sud-Africains exceptionnels qui nous ont légué une Afrique du Sud libérée ». L’ancien président américain, Barack Obama, a salué la mémoire l’icône de la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud, en disant qu’il « était un ami, un mentor et un phare moral pour moi et pour tant d’autres ». « Esprit universel, l’archevêque Tutu trouvait ses racines dans la lutte pour la liberté et la justice dans son propre pays, mais était également préoccupé par l’injustice où qu’elle se trouve », a-t-il encore écrit sur Twitter.

Ami du Dalaï Lama

Dimanche soir, le couple présidentiel américain Joe et Jill Biden, ont dit avoir le « cœur brisé », et ont estimé dans un communiqué que « l’exemple » de Desmond Tutu, « transcende les frontières et trouvera un écho à travers les âges ». De son côté, le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est dit sur Twitter « profondément attristé d’apprendre le décès de l’archevêque Desmond Tutu ». « Il a été une figure essentielle de la lutte contre l’apartheid et de la lutte pour la création d’une nouvelle Afrique du Sud. Nous nous souviendrons de lui pour son leadership spirituel et sa bonne humeur irrépressible », a-t-il ajouté. La reine Elisabeth II s’est déclarée dimanche « profondément attristée » par la mort de l’archevêque sud-africain Desmond Tutu, saluant sa défense « inlassable » des droits humains ainsi que sa « convivialité et son humour ». « Je me souviens avec tendresse de mes rencontres avec lui, de sa grande convivialité et de son humour », ajoute la cheffe du Commonwealth dont fait partie l’Afrique du Sud.

Le président du Conseil européen, qui représente les 27 pays de l’UE, Charles Michel, a rendu hommage à « un homme qui a donné sa vie à la liberté avec un engagement profond pour la dignité humaine. Un géant qui s’est dressé contre l’apartheid ». Le Dalaï Lama a salué un « grand homme, qui a vécu une vie pleine de sens », « entièrement dévoué au service de ses frères et sœurs ». « L’amitié et le lien spirituel entre nous étaient quelque chose que nous chérissions », a-t-il dit de son vieil ami.

Une « inspiration » pour le monde

Autre religieux à réagir, le chef spirituel des anglicans et archevêque de Canterbury, Justin Welby : « Dans les yeux de Desmond Tutu, nous avons vu l’amour de Jésus. Dans sa voix, nous avons entendu la compassion de Jésus. Dans son rire, nous avons entendu la joie de Jésus. C’était beau et courageux. Son plus grand amour est maintenant réalisé alors qu’il rencontre son Seigneur face à face. »

Le groupe des « Sages », créé en 2007 par Nelson Mandela et qui rassemble des personnalités publiques travaillant aux grands problèmes mondiaux a rendu hommage à l’archevêque, une « inspiration » pour le monde dont « l’engagement pour la paix, l’amour et l’égalité » continuera « d’inspirer les générations futures ». « Les Sages ont perdu un ami cher, dont le rire contagieux et le sens de l’humour espiègle les ont tous ravis et charmés », a réagi dans un communiqué le groupe qui compte dans ses rangs Ban Ki Moon ou Jimmy Carter, et dont Desmond Tutu a été le premier président.

L’hommage ému de Sandrine Rousseau

Le musicien britannique Boy George s’est dit « heureux » d’avoir rencontré Desmond Tutu, « une belle âme qui m’a donné la foi dans le fait que certains humains ont une grande force d’amour. Un homme étonnant, une énergie puissante et l’un des meilleurs (enfants) de Dieu ! » En signe de deuil, les joueurs de cricket sud-africains ont aussi porté un brassard noir au premier jour d’une importante compétition contre l’Inde, près de Johannesburg.

Desmond Tutu a été « une source d’inspiration pour des générations dans le monde entier » et un « guide lumineux pour la justice sociale, pour la liberté et la résistance non-violente », a déclaré dimanche le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. En France, le député Hugues Renson a salué un « homme de paix et de concorde ». Le Sud-Africain faisait « partie des figures qui ont forgé mon engagement politique », indique Sandrine Rousseau. « Je vous lisais, vous guettais, vous admirais tellement », ajoute-t-elle.