Pour les Russes, Grozny c'est fini

TCHETCHENIE Moscou met un terme aux opérations antiterroristes...

Armelle Le Goff

— 

Le conflit qui n'en était pas un prend fin. Moscou, qui a toujours pris grand soin de ne pas parler de guerre en Tchétchénie mais d'«opérations antiterroristes», a décidé d'y mettre un terme jeudi. Une annonce qui marque la fin d'une intervention lancée à l'automne 1999 par Vladimir Poutine, ancien président aujourd'hui Premier ministre.

La Tchétchénie, un «secteur pacifique», selon les prorusses

Les autorités russes n'ont pas communiqué le nombre de soldats appelés à rentrer, mais l'agence Interfax parlait jeudi de 20.000 militaires. Pour les autorités prorusses, ce départ consacre leur victoire sur les indépendantistes. Ainsi, le président, Ramzan Kadyrov, s'est félicité de ce tournant au motif que la Tchétchénie «est un secteur pacifique qui se développe et la levée de l'opération antiterroriste ne peut qu'y favoriser la croissance économique».

Pourtant, les armes ne se sont pas encore tues en Tchétchénie où des combats sporadiques opposent toujours indépendantistes et forces russes. Le conflit a laissé des traces profondes, essaimant dans les républiques voisines, comme l'Ingouchie et le Daguestan. Et, au total, entre la première guerre, de 1994 à 1996, et la deuxième, qui a duré dix ans, 100.000 Tchétchènes ont été tués. 

>>> L'histoire de deux guerres en images, ici