Haïti : Nouveau bilan de 90 morts après l'explosion d'un camion-citerne

CATASTROPHE MSF a dépêché une équipe spéciale pour prendre en charge les grands brûlés

20 Minutes avec agences
— 
Des pompiers autour du camion-citerne qui a explosé à Cap-Haïtien le 14 décembre 2021.
Des pompiers autour du camion-citerne qui a explosé à Cap-Haïtien le 14 décembre 2021. — Odelyn Joseph/AP/SIPA

Le bilan de l’explosion d’un camion-citerne mardi 14 décembre en Haïti s’est alourdi à 90 morts. Ce week-end, une dizaine de personnes grièvement blessées dans la catastrophe sont décédées, selon le maire adjoint du Cap Haïtien, où a eu lieu l’accident.

« Nous avons pour le moment un bilan de 90 morts », a déclaré ce lundi l’élu, précisant qu’il s’agissait « toujours malheureusement d’un chiffre partiel » vu l’état encore critique de certaines victimes. Le précédent bilan faisait état de 75 morts, 47 brûlés graves et 12 brûlés légers.

Crise de carburant en Haïti

Dans la nuit du 13 au 14 décembre, le chauffeur du camion-citerne aurait essayé d’éviter une collision, perdant le contrôle de son véhicule qui s’est renversé. Des habitants ont alors tenté de recueillir le carburant avec des récipients de fortune avant que le camion n’explose.

L’hospitalisation des victimes a été compliquée par le fait que la seule structure médicale pour grands brûlés en Haïti se trouve à Port-au-Prince, à 200 km de l’accident. Médecins sans Frontières (MSF), qui gère le service, a dépêché une équipe d’urgence à Cap Haïtien pour aider les soignants locaux mais la prise en charge de ces patients durera minimum « trois à quatre mois » selon MSF.

Haïti est en proie à de récurrentes pénuries de carburant en raison de la mainmise des gangs sur le circuit de ravitaillement. Ces derniers mois, les bandes armées ont accru leur emprise sur Port-au-Prince, bloquant les axes routiers qui conduisent aux trois terminaux pétroliers. A l’automne, plus d’une dizaine de véhicules de transport de carburant ont été détournés par les gangs.