Des milliers d'Américains manifestent contre les dépenses d'Obama lors de «tea parties»

ETATS-UNIS Mais la mobilisation de mercredi, dernier jour pour payer ses impôts, semble plutôt réduite...

Philippe Berry

— 

Un sachet de thé, symbole de la colère des conservateurs américains contre les impôts
Un sachet de thé, symbole de la colère des conservateurs américains contre les impôts — DR
De notre correspondant à Los Angeles 
 

«Une vague qui déferle sur tout le pays», «un mouvement de colère populaire», «la Maison Blanche tremble»... A regarder la chaine Fox News mercredi, une seule conclusion s’imposait à l’esprit du spectateur: une révolution est en cours. Contre quoi? En vrac: Obama, les impôts, la réserve Fédérale, les médias libéraux, faites votre choix.
 

Inspirés par les révoltés de Boston de 1773, qui avaient jeté une cargaison de thé à la mer pour protester contre les impôts de l’Empire britannique, les conservateurs américains se sont donc rassemblés dans tous le pays pour des «tea parties», ce mercredi, dernier jour pour poster sa déclaration d’impôts. S’il faudra attendre pour avoir des chiffres définitifs sur la participation, il semble qu’on soit loin du tsunami décrit par la chaîne conservatrice et des manifestations contre la guerre en Irak, par exemple.
 


>> Vidéos des rassemblements sur le site du Huffington Post


A Washington, près d'un millier de personnes, selon les organisateurs, ont protesté sous la pluie devant la Maison Blanche. Au son de l’hymne national, de chants patriotiques et parfois de prières, un sachet de thé à la main, ils ont manifesté contre «Obama et sa bande de voleurs», réclamant «des libertés, pas des dettes». Quelques milliers de personnes également à Chicago ou Atlanta, mais seulement quelques centaines à New York ou Boston.


Les républicains embarrassés


Ce mouvement qui se veut populaire et spontané est largement piloté par des «think tank» conservateurs comme FreedomWorks et quelques lobbies. En revanche, le parti républicain ne sait pas vraiment quoi faire du mouvement. Si certains comme le gouverneur de Texas Rick Perry font le pari politique de l’embrasser pleinement, les cadres du parti gardent leurs distances. La présence de certains comme Mike Steele, président du comité national républicain, trop modéré pour les conservateurs disciples de l’animateur de radio Rush Limbaugh, n’était même pas vraiment souhaitée.


Si la majorité de ces manifestants proteste contre les impôts, ils trainent à leur frange quelques Américains beaucoup moins fréquentables. On retrouve ces mêmes individus que dans les meetings de Sarah Palin, persuadés qu’Obama est une taupe d’Al-Qaida, voire un fasciste liberticide qui va leur voler leurs fusils et leurs libertés. Les «white supremacists» de l’extrême droite américaine ne sont jamais très loin.


Les libéraux se moquent


Barack Obama, lui, a défendu mercredi sa politique économique, arguant que son administration «avait pris de vastes mesures pour accorder des réductions d'impôts aux Américains qui en ont besoin».


La couverture de Fox News, toujours très «fair&balanced» (juste et impartiale) fait s’arquer quelques sourcils. Interrogé par Politico, Stephen Burgard, directeur de l’école de journalisme de Northeastern University, qualifie le traitement de «pseudo journalisme», flirtant avec «la propagande». 


Du côté de CNN, la couverture était plus marginale. MSNBC n’a pas pu résister aux sous-entendus en dessous de la ceinture. Le «tea-bagging» ou «to tea-bag somebody» est en effet une pratique sexuelle dans laquelle une partie de l’anatomie masculine joue le rôle du sachet de thé. Cela donne l’animatrice Rachel Maddow faisant son mieux pour ne pas éclater de rire pendant plusieurs minutes. «Qui n’a jamais rêvé de tea-bagger John McCain», lance une invitée. Un grand moment de télévision.