Affaires étrangères : Jean-Yves Le Drian place l’influence au cœur de la stratégie diplomatique française

SOFT POWER Selon le ministre, il faut « inscrire l’influence comme un espace contesté, au même titre que le cyber, les océans ou l’espace »

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Yves Le Drian devant le ministère des Affaires étrangères, à Paris le 25 juin 2021
Jean-Yves Le Drian devant le ministère des Affaires étrangères, à Paris le 25 juin 2021 — ISA HARSIN

Jean-Yves Le Drian veut que la France défende sa place et ses valeurs dans le monde. Pour cela, elle va se doter d’une diplomatie d’influence plus « offensive », a indiqué mardi le ministre des Affaires étrangères.

« Derrière la bataille de l’influence, il y a une bataille des modèles politiques et humains », a-t-il lancé devant quelque 150 conseillers culturels et de coopération de son ministère. Dans cette compétition, la France doit « défendre son modèle de façon plus assumée, plus offensive », a-t-il ajouté en plaidant pour la création d’une « véritable équipe de France de l’influence ».

Développer les écoles françaises à l’étranger

Les grandes puissances mondiales et régionales, de la Chine à la Turquie, se livrent à une course d’influence à travers divers outils, du développement à l’action culturelle. Ce constat implique la nécessité d’« inscrire l’influence comme un espace contesté, au même titre que le cyber, les océans ou l’espace », a souligné Jean-Yves Le Drian.

Cette diplomatie d’influence passe notamment par un « enseignement​ d’excellence du français à l’étranger », a-t-il expliqué en affichant l’ambition de « doubler les effectifs des écoles françaises (dans le monde) d’ici à 2030 ». Actuellement, la France dispose du premier réseau éducatif au monde, avec 545 établissements à l’étranger et 380.000 élèves, dont les deux-tiers d’étrangers, selon le Quai d’Orsay. Il faut aussi « attirer les talents dans nos universités » et « développer les établissements franco-étrangers ».

Une future école diplomatique et consulaire

Dans le domaine culturel, des actions peuvent être également développées telles les rencontres cinématographiques franco-indiennes, destinées à favoriser la production de films indiens en France. Dans la même veine, la France a créé en 2021 la Villa Albertine, une résidence d’artistes implantée aux Etats-Unis sur le modèle de la villa Médicis à Rome. La France compte ainsi désormais quatre résidences artistiques à Rome, Madrid (Casa Velázquez), Kyoto (Villa Kujoyama) et la Villa Albertine dans dix villes américaines simultanément.

« Nous devons mieux nous faire entendre dans le débat d’idées international », en accueillant plus de centres de réflexion à Paris et en augmentant la présence des experts français dans les instituts internationaux, a également relevé le chef de la diplomatie française. Dans le cadre de la réforme du Quai d’Orsay qui doit entrer en vigueur en 2022, la future école diplomatique et consulaire proposera une « véritable filière des métiers de l’influence », a-t-il dit.