La fille de JFK persona non grata au Vatican, Rome dément

DIPLOMATIE Défenseuse de l'avortement aux Etats-Unis, sa nomination au poste d'ambassadeur au Saint-siège aurait été refusée...

Maud Descamps

— 

Caroline Kennedy, fille du président américain John Kennedy, assassiné en 1963, a retiré sa candidature au poste de sénatrice de l'Etat de New York, a rapporté mercredi le New York Times sur son site internet.
Caroline Kennedy, fille du président américain John Kennedy, assassiné en 1963, a retiré sa candidature au poste de sénatrice de l'Etat de New York, a rapporté mercredi le New York Times sur son site internet. — Win Mcnamee AFP/Archives

Le Vatican n'est pas très diplomate. C'est en tout cas ce qu'on pouvait en déduire à la lecture d'un article publié dans le quotidien Italien «Il Giornale» par le journaliste et blogueur, Andrea Tornielli. Selon lui, la nomination de la fille de JFK, Caroline Kennedy, au poste d'ambassadeur des Etats-Unis au Vatican aurait été refusée par le Saint-Siège. La cause? Sa position favorable à l'IVG.

Mais le Vatican a réagi ce mercredi en démentant formellement avoir reçu des propositions de noms pour le poste d'ambassadeur. «Au Vatican, il n'y a pas eu de proposition concernant le nouvel ambassadeur des Etats-Unis auprès du Saint-Siège et il n'est donc pas vrai qu'elle aurait été refusée», a déclaré le directeur de la salle de presse du Vatican, le père Federico Lombardi .

Mais selon les blogs américains et italiens, Caroline Kennedy ne serait pas la seule à être concernée. Deux autres personnes, dont les noms ne sont pas donnés, auraient également été écartées du poste par le Vatican, toujours pour la même raison. «Il Giornale» ajoute que la position de Barack Obama sur la recherche sur les cellules souches pourrait également être la raison de ces refus.

La rencontre Barack Obama et Benoît XVI remise en question

Outre le risque de froisser les relations diplomatiques entre le Vatican et les Etats-Unis, le refus des trois noms proposés par le président américain pourrait retarder la future rencontre entre Barack Obama et Benoît XVI. Elle devrait se tenir lors du G8 au mois de juillet prochain, mais sans ambassadeur au Vatican, elle pourrait être annulée.

Raymond Flynn, un ancien ambassadeur des Etats-Unis au Saint-Siège a défendu le point de vu du pape en déclarant dans le «Boston Herald»: «Il est impératif que le poste soit occupé par une personne qui partage cette position anti-IVG. J'espère que le Président ne fera pas cette erreur.» La Maison Blanche n'a pas fait de commentaires pour le moment.