Abstention massive aux élections européennes?

SONDAGE Seuls 34% des citoyens seraient prêts à aller voter en juin...

Avec agence

— 

La République tchèque a pris mercredi à minuit heure locale (23H00 GMT) la succession de la France à la présidence semestrielle de l'Union européenne (UE), marquée à Prague par l'illumination du métronome géant qui surplombe le centre ville.
La République tchèque a pris mercredi à minuit heure locale (23H00 GMT) la succession de la France à la présidence semestrielle de l'Union européenne (UE), marquée à Prague par l'illumination du métronome géant qui surplombe le centre ville. — Gérard Cerles AFP/Archives

L'Europe n'inspire pas confiance. Selon un sondage, dont l'AFP a obtenu ce mardi les conclusions, la menace d'une abstention massive se profile pour les élections européennes de juin avec 34% seulement de citoyens prêts à aller voter.

L'indifférence a progressé depuis la précédente étude réalisée fin 2008, puisque 37% se disaient alors prêts à aller voter.

Même si le sondage ne permet pas de déduire des taux de participation, ces données sont inquiétantes pour la Commission et le Parlement européen, car elles traduisent une «baisse significative de la confiance envers les institutions», soulignent les enquêteurs dans leurs conclusions.

La crise est passée par là

La confiance dans le Parlement chute de 6 points (45% contre 51% lors de la précédente enquête fin 2008), de 5 points pour la Commission (42% contre 47%) et de 9 points pour la Banque Centrale Européenne (39% contre 48%), selon cette enquête Eurobaromètre réalisée pour le Parlement européen entre la mi-janvier et la mi-février auprès de 27.218 citoyens des 27 pays membres.

La crise économique et le chômage pèsent lourd dans la désaffection manifestée cette année. 57% des personnes interrogées (+10%) ont placé le chômage en tête de leurs préoccupations, suivi par l'inflation et le pouvoir d'achat (52%, +7%).

Un tiers seulement des électeurs (36%) dit avoir vu, lu ou entendu parler des actions engagées par les institutions européennes pour lutter contre la crise. Et parmi ces électeurs, seuls 44% jugent ces actions positives, 21% négative.

La Pologne et le Royaume-Uni en tête de l'abstention

La Pologne et le Royaume-Uni, bastion eurosceptique, sont les deux pays où le désintérêt semble le plus fort, avec respectivement 13% et 22% seulement des électeurs se déclarant prêts à aller voter. L'abstention menace aussi d'être forte au Portugal (24%), en République Tchèque (26%), en Espagne (27%) et en Italie (30%).

En France, 47% des électeurs disent qu'ils iront «probablement» voter alors que 15% sont déjà certains de ne pas remplir ce devoir.

Différents critères pour le choix du candidat

La participation devrait en revanche être forte en Belgique (70% prêts à voter), où le vote est obligatoire et l'abstention sanctionnée par une amende; au Luxembourg (62%), au Danemark et à Malte (56%).

Les électeurs prêts à voter indiquent qu'ils se détermineront en fonction de l'expérience des candidats dans les affaires européennes (39%), de leurs positions dans les affaires nationales (35%) et de leur position sur les questions européennes (35%), mais également en fonction de leur notoriété (30%).

 Précédents L'abstention ne cesse de croître aux élections européennes. De 39,2% en 1979, pour les premières élections au suffrage universel direct, elle est passée à 43,2% en 1984, 47,2% en 1994, 53,2% en 1999 et 54,5% en 2004 - ce alors même que les prérogatives du Parlement sont allées en se renforçant.