Pays-Bas : Après neuf mois de négociations, un accord pour former un gouvernement enfin conclu

FUMEE BLANCHE Cet accord, arraché au bout de 271 jours, va permettre au Premier ministre Mark Rutte d’effectuer un quatrième mandat

20 Minutes avec AFP
— 
Le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, juste avant de nouvelles discussions pour trouver une alliance gouvernementale, à La Haye le 13 décembre 2021.
Le Premier ministre des Pays-Bas, Mark Rutte, juste avant de nouvelles discussions pour trouver une alliance gouvernementale, à La Haye le 13 décembre 2021. — AFP

Mark Rutte aura eu besoin de près de neuf mois de négociations pour sauver son poste. Quatre partis ont finalement conclu lundi un accord en vue de former une coalition gouvernementale aux  Pays-Bas qui permettra au Premier ministre d’effectuer un quatrième mandat. Les discussions, entamées après les élections législatives mi-mars, auront duré 271 jours, un nouveau record pour le pays après 225 jours sans gouvernement en 2017.

Le VVD de centre droit du chef du gouvernement sortant, le D66 de centre gauche, le CDA de centre droit et Christen Unie (conservateurs) sont parvenus à un texte d’accord qui sera présenté au Parlement mercredi. « Le texte a été accepté », a déclaré un porte-parole de Johan Remkes et Wouter Koolmees, qui supervisaient les négociations, cité par l’agence de presse ANP. Les chaînes de télévision NOS et RTL ont également annoncé l’accord.

Un « accord agréable et équilibré »

« C’est un bon accord », a déclaré Mark Rutte à la sortie des discussions, tout en refusant de donner plus de détails. Sigrid Kaag, dont le parti D66 a remporté le deuxième plus grand nombre de sièges lors des élections du 17 mars, a ajouté qu’il s’agissait d’un « accord agréable et équilibré ».

Mark Rutte, Premier ministre depuis octobre 2010, est démissionnaire depuis janvier à cause d’un scandale lié aux allocations familiales, mais continue de gérer les affaires courantes. Il n’a pas été désavoué par les électeurs aux législatives de mars, remportées haut la main par son parti VVD, malgré une année notamment marquée par une motion de défiance à laquelle il a de justesse survécu. Cette capacité à sortir indemne des crises politiques lui a d’ailleurs valu le surnom de « Téflon ».