Les deux humanitaires enlevées au Darfour seraient en bonne santé

avec agence

— 

Les deux humanitaires, canadienne et française, enlevées l au Darfour, dans l'ouest du Soudan, sont en vie et semblent en bonne santé, a appris l'AFP à la faveur d'un contact téléphonique avec l'otage canadienne dimanche.

«On nous traite bien. On ne sait pas où on est», a raconte via un téléphone satellitaire une personne se présentant comme l'otage canadienne, Stéphanie Jodoin, membre de l'ONG française Aide médicale internationale (AMI), qui s'exprimait sous le contrôle de ses ravisseurs. Lors de cette conversation téléphonique, rendue possible par des sources soudanaises, l'interlocutrice, dont la voix ne trahissait aucune souffrance physique, a également donné le nom de sa collègue, Claire Dubois.

Ces noms, qui avaient été évoqués dans la presse soudanaise, ont été confirmés de source occidentale. «On souhaite beaucoup de courage (à nos familles). On souhaite que tout se termine bien. On pense à eux très fort», a ajouté Stéphanie Jodoin.
Les deux femmes ont été enlevées le 4 avril par un groupe d'hommes armés à Ed el-Fursan, dans la province du Darfour-Sud. Elles sont aux mains d'un groupe se nommant les "Aigles de la libération de l'Afrique", selon un des membres de cette organisation avec qui le correspondant de l'AFP s'est également entretenu.