Royaume-Uni : Boris Johnson épinglé pour avoir rénové son appartement avec un don au Parti conservateur

AMENDE Le Parti conservateur a utilisé un don de près de 80.000 euros pour rénover le logement du Premier ministre à Downing Street

20 Minutes avec agences
— 
Boris Johnson lors d'une conférence de presse, samedi 27 novembre 2021.
Boris Johnson lors d'une conférence de presse, samedi 27 novembre 2021. — Hollie Adams/AP/SIPA

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a été rappelé à l’ordre ce jeudi au sujet de la coûteuse rénovation de son logement à Downing Street, financée par un don privé. Une sanction qui tombe mal pour le dirigeant conservateur, dont l’intégrité est attaquée.

La Commission électorale, régulatrice des comptes des partis politiques, a imposé une amende de 16.250 livres (près de 19.000 euros) au Parti conservateur de Boris Johnson pour ne pas avoir déclaré le montant total d’un don perçu pour financer cette rénovation, ainsi qu’une amende de 1.550 livres (environ 1.800 euros) pour avoir enfreint l’obligation de tenir des registres comptables appropriés.

Un don d’une société dirigée par un proche du parti

La commission avait lancé une enquête en avril pour examiner d’éventuelles infractions liées aux travaux réalisés dans l’appartement que Boris Johnson occupe avec son épouse Carrie Symonds, leur fils, et depuis peu leur fille, dont la naissance a été annoncée ce jeudi. Le logement est situé au 11, Downing Street, et est plus spacieux que le 10, siège de sa résidence officielle.

L’autorité a conclu jeudi que le Parti conservateur avait reçu un don de 67.801,72 livres sterling (soit plus de 79.000 euros) de Huntswood Associates Limited, société dirigée par un proche du parti, en octobre 2020 « dont 52.801,72 livres devaient couvrir le coût de trois factures relatives à la rénovation de Downing Street ». Sur ce montant, seuls 15.000 livres ont été déclarés comme un don par le parti. Or, « le montant total des 67.801,72 livres était un don et aurait dû être signalé à la Commission », a souligné cette dernière.

Le gouvernement de Boris Johnson dans la tourmente

Attaqué par l’opposition sur le financement de ces travaux, Boris Johnson avait assuré au Parlement en avril dernier avoir « payé personnellement la rénovation », sans préciser avoir bénéficié d’un don ensuite remboursé. Il avait assuré avoir respecté les règles. « Le Premier ministre a agi conformément aux règles à tout moment » et il a fait « toutes les déclarations nécessaires », a affirmé jeudi son porte-parole. En mai, un rapport du conseiller du gouvernement chargé de veiller au respect du code de conduite ministériel avait conclu que le dirigeant avait fait rénover l’appartement de « manière imprudente », sans se soucier du financement des travaux, mais qu’il n’avait pas commis de faute.

Déjà mis en cause pour ses liaisons dangereuses avec le monde des affaires, le gouvernement de Boris Johnson est aussi dans la tourmente à la suite d’informations de presse faisant état d'une fête organisée peu avant Noël 2020 à Downing Street, au mépris des restrictions en place contre le coronavirus.