Obama s'est-il incliné devant le roi Abdallah d'Arabie Saoudite?

POLEMIQUE La blogosphère conservatrice ne rate pas l’occasion...

Philippe Berry

— 

Le site de Fox News sur la révérence supposée d'Obama au roi Abdallah d'Arabie Saoudite, lors du G20 à Londres le 2 avril 2009
Le site de Fox News sur la révérence supposée d'Obama au roi Abdallah d'Arabie Saoudite, lors du G20 à Londres le 2 avril 2009 — Capture Foxnews.com
De notre correspondant à Los Angeles


La rencontre a eu lieu il y a une semaine. La polémique, elle, enfle ces derniers jours. Vendredi après-midi, le sujet faisait même la une du site de FoxNews avec le jeu de mot «O-bow-ma?» (de to bow, se courber). Deux questions: Obama s’est-il en effet incliné pour saluer Abdallah; et si oui, est-ce un problème.

 
 

Les faits? Lors du G20 à Londres, les leaders du monde se saluent. Sur la vidéo ci-dessous, on peut voir Obama se pencher –davantage que lors de sa rencontre avec Elizabeth II– pour serrer la main du roi d’Arabie Saoudite.

 

 

Chacun se fera son avis. Les médias conservateurs ont le leur. Pour le «Washington Times», il s’agit là «d’une démonstration choquante de la fidélité» d’Obama à un souverain étranger. La blogueuse Michelle Malkin regrette qu’il y ait ici «deux poids, deux mesures», avec les fameux MSM (mainstream media) qui ont plutôt considéré l’affaire comme un non événement, alors que Bush, main dans la main (littéralement) et embrassant Abdallah avait fait la une.

 

Le retour des vieilles rumeurs

 

Dans son ensemble, la blogosphère conservatrice «grand public» y voit le signe de «l’inexpérience» d’Obama comme chef d’Etat. Elle n’a pas non plus apprécié de voir le président s’excuser de l’attitude parfois «arrogante» des Etats-Unis envers l’Europe (zappant au passage la suite de son discours de Strasbourg, lors duquel il s’en est pris à l’antiaméricanisme insidieux présent sur le vieux continent).

 

En revanche, dans la blogosphère plus radicale, ou dans les commentaires des internautes, il n’en fallait pas plus pour jeter de l’essence sur de vieilles rumeurs. Revoilà les «Barack Hussein Obama, agent infiltré d’Al-Qaida prêtant serment d’allégeance aux Wahhabites».  On rappellera qu’un Evangéliste américain sur cinq reste toujours persuadé que leur président est musulman –et qu’il le cache.

 

Un président américain ne s’incline devant personne

 

To bow or not to bow, that is the question. «Si je vois encore un autre roi, je crois que je vais le mordre», a un jour menacé Teddy Roosevelt. Car l’étiquette américaine, dictée par le département d’Etat, est stricte: le président est l’égal des rois et ne s’incline devant personne. Un Bill Clinton très légèrement penché devant l’empereur du Japon en 1994 avait fait jaser jusque dans le «New York Times».

 

Dans sa gestion de l’affaire, la Maison Blanche n’a pas vraiment brillé. Elle a démenti catégoriquement qu’Obama ait fait une révérence à Abdallah. Vendredi, alors qu’un journaliste de CNN lui demandait une clarification, le chargé de comm’ d’Obama, Robert Gibbs, a répondu: «Le président s’est penché pour saisir avec ses deux mains» celle du souverain.

 

Problème: sur la vidéo, on peut voir que ce n’est pas le cas, sa main gauche restant clairement ballante sur le côté. Pressé par le journaliste, le porte-parole de la Maison Blanche a utilisé son arme favorite –le sarcasme– rétorquant: «Je suis sûr que c’est la principale préoccupation des Américains qui se débattent» dans la récession. Pas sûr que ça aide.

 

Alors bow ou pas bow selon vous? Certains avancent la petite taille d’Abdallah, d’autres une tâche sur le tapis. Obama ferait-il mieux de clarifier son geste et de dire que dans un esprit de réconciliation avec l’islam, il montrait son respect au souverain?