Présidence de l’UE : L’essentiel du discours d’Emmanuel Macron

DIPLOMATIE A partir du 1er janvier prochain, la France présidera pour six mois le Conseil de l’Union européenne.

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron, le 9 décembre 2021.
Emmanuel Macron, le 9 décembre 2021. — Ludovic Marin/AP/SIPA
  • A partir du 1er janvier prochain, la France présidera pour six mois le Conseil de l’Union européenne. Cela sera la 13e fois depuis les années 1950 et la première depuis 2008.
  • Ce jeudi, lors de la seconde conférence de presse depuis le début de son mandat, le président français a expliqué pourquoi il prenait ce rôle particulièrement à cœur et ses ambitions européennes pour les six mois à venir.
  • Le chef de l’Etat avait annoncé lundi que les priorités de la présidence française, dite PFUE, tourneraient autour de trois axes : « relance, puissance et appartenance ».

Sa présidence tombera en plein pendant la campagne de l’élection présidentielle française. A partir du 1er janvier prochain,  Emmanuel Macron (enfin la France) présidera pour six mois le Conseil de  l’Union européenne. Ce jeudi, le chef d’Etat a présenté ses priorités pour la gouvernance française.

20 Minutes fait le point sur les différentes annonces d’Emmanuel Macron.

Une « souveraineté stratégique européenne »

Le chef de l’Etat a déclaré vouloir définir une « souveraineté stratégique européenne » durant la présidence française de l’UE au premier semestre 2022. « Ce concept qui paraissait impensable il y a quatre ans permet d’ancrer que nous Européens, que nous soyons membres de l’Otan ou pas (…), avons des menaces communes et des objectifs communs », a-t-il déclaré devant la presse.

Une histoire européenne

Face aux « révisionnismes », le président français veut initier en juin 2022 « un grand travail sur l’histoire » du Vieux Continent qui permette de « forger une histoire et une historiographie de notre Europe ».

« Nous vivons un moment politique en Europe où le révisionnisme s’installe dans plusieurs pays, est utilisé par les puissances qui veulent remettre en cause nos valeurs, notre histoire », a affirmé le chef de l’Etat.

Réforme de l’espace Schengen

Emmanuel Macron a également souhaité une Europe qui « sache protéger ses frontières » face aux crises migratoires, notamment par une réforme de l’espace Schengen.

Il a souhaité la « mise en place d’un pilotage politique de Schengen », à travers des réunions régulières des ministres européens en charge de ces questions, ainsi que des mécanismes de soutien solidaire en cas de crise à la frontière d’un Etat membre.

Brexit

Emmanuel Macron a aussi appelé le gouvernement britannique à « travailler de bonne foi » avec la France sur des sujets de désaccords comme la pêche, la gestion des migrants ou la coopération en matière de défense, alors que Londres a rejeté ce jeudi l’échéance fixée à vendredi par la Commission européenne pour régler le litige des licences de pêche post-Brexit avec la France.

Un Sommet entre l’Afrique et l’Union européenne

Un sommet entre l’Union africaine et l’Union européenne se tiendra les 17 et 18 février à Bruxelles dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, a annoncé Emmanuel Macron, afin de « refonder en profondeur » la relation « un peu fatiguée » entre les deux continents.

Le chef de l’Etat français a évoqué « plusieurs axes », notamment « refonder un New Deal économique et financier avec l’Afrique », en faisant valoir que « l’Europe doit dans les instances internationales porter une stratégie commune avec l’Afrique », ou le déploiement d'« un agenda en matière d’éducation, de santé et de climat ».

Balkans

L’Europe doit aussi mener une politique de « réengagement » et un « réinvestissement » des Balkans, région « traversée par des nouvelles tensions », pour en favoriser l’intégration économique et lutter contre les « interférences » de « puissances régionales » qui cherchent in fine à déstabiliser l’Europe.

Emmanuel Macron a ainsi appelé à « clarifier (la) perspective européenne » de ces pays (Albanie, Bosnie, Serbie, Monténégro, Macédoine du Nord et Kosovo), bloqués depuis des années dans l’antichambre de l’Union.

Un service civique européen

Emmanuel Macron a ensuite annoncé vouloir « la mise en œuvre concrète et véritable » d’un « service civique européen » de six mois pour les moins de 25 ans, après avoir déjà élargi le programme Erasmus « aux apprentis » et « doublé le nombre de bénéficiaires ».

« Allons plus loin et réfléchissons à un service civique européen de six mois ouvert à tous les jeunes de moins de 25 ans pour un échange universitaire ou d’apprentissage, un stage ou une action associative », a souhaité le chef de l’Etat.

Un instrument de lutte contre la déforestation

Le président français a poursuivi, indiquant vouloir faire « avancer les négociations sur la mise en place d’un instrument européen de lutte contre la déforestation importée ». Cet instrument « visera à interdire l’importation dans l’Union européenne de soja, bœuf, huile de palme, bois, cacao, café, quand ils contribuent à la déforestation » dans leurs pays de production, a déclaré Emmanuel Macron.

« Repenser le cadre budgétaire » de Maastricht

Le président français a également proposé de « repenser le cadre budgétaire » de l’Europe jusqu’ici défini par les critères de Maastricht, afin d'« acter le besoin d’investissements nouveaux » post-Covid.

Avec la crise sanitaire, « nous avons mis entre parenthèses l’application de nos règles budgétaires », a-t-il dit. « Nous devrons revenir à des règles qui seules permettent la convergence de nos économies », « mais nous ne pouvons pas faire comme si rien ne s’était passé » et « revenir au cadre budgétaire créé au début des années 90 ».

Une nouvelle pièce de 2 euros

Une nouvelle pièce de 2 euros va être mise en circulation à l’occasion de la présidence française de l’Union européenne à partir du 1er janvier 2022, avec un chêne et un olivier gravés, a indiqué le secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Clément Beaune. « Cette pièce de 2 euros est importante, d’abord parce que c’est la première fois depuis l’entrée en fonction dans les portefeuilles des Français et des Européens des pièces en euros », début 2002, « qu’en France nous changeons le dessin de cette pièce », a-t-il ajouté.

Et « cela consiste à marquer l’anniversaire de la monnaie unique : 2022 seront aussi les 20 ans de l’Euro » et « les Français comme les Européens y sont très attachés, même plus que jamais », a-t-il poursuivi en montrant la pièce.