Bouteflika bien parti pour être réélu dans un fauteuil en Algérie

PRESIDENTIELLE Ses adversaires dénoncent des cas de fraude...

Avec agence

— 

La campagne électorale pour l'élection présidentielle du 9 avril en Algérie s'est ouverte jeudi, et son principal enjeu sera de convaincre les électeurs d'aller voter en masse, pour asseoir la légitimité du chef de l'Etat sortant Abdelaziz Bouteflika, certain d'être réélu.
La campagne électorale pour l'élection présidentielle du 9 avril en Algérie s'est ouverte jeudi, et son principal enjeu sera de convaincre les électeurs d'aller voter en masse, pour asseoir la légitimité du chef de l'Etat sortant Abdelaziz Bouteflika, certain d'être réélu. — Str AFP/Archives

La participation était le seul enjeu de cette élection présidentielle algérienne. Selon le ministre de l'Intérieur, Yazid Zerhouni, elle a donc atteint 74,11% jeudi. Dans le détail, «le taux enregistré en Algérie est de 75,91% et celui de l'étranger est de 36,48%»

 

Abdelaziz Bouteflika, qui avait appelé les gens à voter massivement, a déjà gagné son pari avec ce score largement supérieur aux 58% de 2004.

 

Contestations

 

Selon l'agence algérienne de presse APS, le dépouillement des premiers bulletins montrait une «lourde tendance» en faveur du président sortant. La télévision publique a montré des images de ses partisans en train de fêter la victoire, dans les rues d'Alger.
 

Quatre candidats ont immédiatement faot état de «cas de fraude». L'islamiste modéré, Mohamed Saïd a «regretté» les irrégularités constatées par ses observateurs dans certains bureaux de vote à travers le pays. «Les bulletins de vote n'étaient pas homogènes. Les observateurs et les gens n'ont pas été autorisés à assister au dépouillement des bulletins dans beaucoup de bureaux. Nous avons relevé des cas de fraude», a affirmé à l'AFP, son directeur de campagne, Djamel Benziadi.

 

Moussa Touati, candidat du Front national algérien (FNA, nationaliste) a dénoncé un taux de participation «exagéré» et fait état également fraudes dans le déroulement du scrutin.

 

 

Dans un scrutin placé sous haute surveillance, le ministre de l’Intérieur a fait état de trois «tentatives d'attentats terroristes» dans trois villes situées à Tizi-Ouzou, Boumerdes et Tipaza sans donner de détails.

 

Il avait également annoncé la fermeture de deux bureaux de vote à Rafour à Bouira et de «tentatives de perturbations» du scrutin dans trois autres communes de cette wilaya de Kabylie. «Un groupe de 10 à 15 personnes ont essayé d'empêcher l'élection dans deux bureaux de vote à Rafour. Elles ont cassé les urnes. Nous avons été obligés de fermer ces deux bureaux de vote où sont inscrits 6.000 électeurs», a dit Yazid Zerhouni.

 

Résultats vendredi matin

 

Le ministre avait aussi fait état de perturbations du vote à Tazmalt près de Béjaia, à 250 km à l'est d'Alger. Dans cette commune de Kabylie, un groupe de jeunes a fait irruption dans un bureau de vote réservé aux femmes et saccagé les urnes, selon des habitants joints par l'AFP.

De violents affrontements ont suivi entre des centaines jeunes et des forces antiémeutes dépêchées sur les lieux, selon des habitants.

 

L'annonce des résultats définitifs de l'élection est prévue pour vendredi matin.