La France signe un accord avec les Emirats pour l'achat de 80 Rafale

CONTRAT Outre les Rafale, les Emirats ont également signé un accord pour l’achat de 12 hélicoptères Caracal

Manon Aublanc
— 
Un avion Rafale
Un avion Rafale — Mickaël Bosredon/20 Minutes

A l’occasion de la visite à Dubaï du président français Emmanuel Macron, ce vendredi, la France a signé un accord pour la vente de 80 avions de combat Rafale, construits par le groupe français Dassault Aviation, avec les Emirats arabes unis, a indiqué l’Elysée.

Outre les Rafale, les Emirats ont également signé un accord pour l’achat de 12 hélicoptères Caracal. « Il s’agit d’un aboutissement majeur du partenariat stratégique entre les deux pays », s’est félicitée la présidence française dans un communiqué.

Un « saut technologique, industriel et stratégique »

Cette commande est la plus importante obtenue à l’international pour l’avion de chasse depuis son entrée en service en 2004. L’accord a été signé par le directeur-général de Dassault Aviation, Eric Trapier, tandis qu’Emmanuel Macron s’entretenait avec le prince héritier d’Abou Dhabi Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, dit MBZ, sur le site de l’Exposition universelle.

Les avions seront livrés à partir de 2027 au standard F4, un programme en développement de près de deux milliards d’euros livrable en 2024 et présenté comme un « saut technologique, industriel et stratégique ». Cette commande vise à remplacer les 60 Mirage 2000-9 acquis en 1998 par les Emirats. Elle intervient dix ans après de vaines négociations soutenues par l’ancien président français Nicolas Sarkozy.

Des crimes de guerre ?

Depuis, le Rafale a réalisé une percée à l’international malgré la concurrence d’appareils américains et européens. Il compte désormais six clients étrangers : le Qatar (36 avions), l’Inde (36), l’Egypte (30 nouveaux en plus de 24), la Grèce et la Croatie. Les Emirats sont actuellement le cinquième client le plus important de l’industrie de défense française sur la décennie 2011-2020, avec 4,7 milliards d’euros de prises de commandes, selon le rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France.

Ces dernières années, Paris a été critiqué parce que certaines de ces armes avaient été utilisées dans le conflit au Yémen, où l’Arabie saoudite et ses alliés sont soupçonnés de crimes de guerre par des ONG comme Amnesty International.