Affaire Epstein : Massages, sex toys… Au procès de Ghislaine Maxwell, l’ex-majordome corrobore le témoignage d’une victime

COMPTE-RENDU A la barre, un ancien employé de maison a décrit des liens très étroits entre Jeffrey Epstein et Ghislaine Maxwell

P.B. avec AFP
— 
L'ancien majordome de Jeffrey Epstein, Juan Alessi (droite), a témoigné au procès de Ghislaine Maxwell, le 2 décembre 2021.
L'ancien majordome de Jeffrey Epstein, Juan Alessi (droite), a témoigné au procès de Ghislaine Maxwell, le 2 décembre 2021. — AFP

C’est sans doute le témoignage le plus impactant des quatre premiers jours d’audience. Au procès de Ghislaine Maxwell, ancienne compagne et collaboratrice du pédocriminel américain Jeffrey Epstein, jeudi, un ancien employé l’a décrite comme la « maîtresse de la maison ». Et a corroboré plusieurs points majeurs du témoignage de la première victime.

Juan Alessi, ancien majordome d’Epstein dans sa résidence de Palm Beach en Floride entre 1991 et 2002, a témoigné que Ghislaine Maxwell, jugée pour trafic sexuel de mineures, passait « 95 % de son temps » avec celui qui a été tour à tour son compagnon puis son employeur, et que le couple dormait dans la même chambre.

Juan Alessi, un Equatorien de 71 ans, a raconté aux jurés comment Ghislaine Maxwell avait imposé un nombre « incalculable » de règles très strictes dans la maison de Palm Beach, dont la plus terrifiante interdisait de croiser le regard de Jeffrey Epstein. « Ne le regardez pas dans les yeux, tournez la tête et répondez-lui », se rappelle s’être entendu dire Juan Alessi. « NE JAMAIS révéler à quiconque ce que font M. Epstein ou Mme Maxwell », ordonne encore le règlement.

Sex toys et « massages » trois fois par jour

Juan Alessi a corroboré plusieurs éléments importants du témoignage de « Jane », qui avait affirmé mercredi que Ghislaine Maxwell avait participé aux abus sexuels. Le majordome a indiqué qu’il avait vu des « centaines de fois » des jeunes femmes au bord de la piscine, souvent topless. Il a confirmé avoir rencontré Jane quand elle avait 14 ans ainsi que Virginia Giuffre, une autre accusatrice d’Epstein qui ne fait pas partie de ce procès.

Selon lui, Jeffrey Epstein se faisait « masser » trois fois par jour. S’il n’a pas vu d’abus de ses propres yeux, il a confirmé qu’il avait dû nettoyer à plusieurs reprises la pièce « avec des gants ». Il a évoqué plusieurs sex-toys, notamment un « godemichet » qu’il rangeait, assure-t-il, dans la salle de bains de Ghislaine Maxwell, et un pistolet vibrant pour masser le dos qui allait dans la table de nuit de Jeffrey Epstein.

Habillée de noir, Ghislaine Maxwell a écouté la déposition en silence. Elle est en détention provisoire depuis l’été 2020 et plaide non coupable des six chefs d’inculpation, dont celui de trafic sexuel de jeunes filles mineures. En cas de condamnation, elle risque jusqu’à 70 ans de prison.