Etats-Unis : Kamala Harris en pleine mauvaise passe politique, sa porte-parole démissionne

TURBULENCES Les relations difficiles de son équipe avec celle de Joe Biden alimentent les spéculations sur son avenir politique

20 Minutes avec AFP
— 
La vice-président américaine Kamala Harris le 2 décembre 2021 sur le tarmac de l'aéroport de Charlotte, en Caroline du Nord.
La vice-président américaine Kamala Harris le 2 décembre 2021 sur le tarmac de l'aéroport de Charlotte, en Caroline du Nord. — AFP

La sale période de Kamala Harris continue. La Maison Blanche a confirmé jeudi le départ à la fin de l’année de Symone Sanders, porte-parole principale de la vice-présidente américaine, au moment où cette dernière traverse une mauvaise passe politique.

Confirmant des informations de presse, la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki a indiqué qu’il y avait eu « une annonce à propos du départ de Symone Sanders », ajoutant : « elle fera toujours partie de la famille Biden-Harris et c’est tout naturel d’être prête à faire quelque chose de nouveau après quelques années. »

« Travailler pendant la première année d’un mandat à la Maison Blanche est à la fois passionnant et enrichissant, mais aussi éreintant et épuisant », a encore dit Jen Psaki. Elle a noté que ce départ était « l’occasion de faire venir de nouveaux visages, de nouvelles voix et une nouvelle perspective. »

« J’adore Symone »

Kamala Harris, interrogée à ce sujet par des journalistes, a dit jeudi : « J’adore Symone. » « Je suis très impatiente de savoir ce qu’elle va faire maintenant », a ajouté la vice-présidente. Jen Psaki n’a en revanche pas voulu commenter les informations de presse sur la démission d’une autre collaboratrice de Kamala Harris, sa directrice de communication Ashley Etienne.

La vice-présidente américaine traverse une passe difficile politiquement et peine à trouver sa place à la Maison Blanche, où elle est chargée de missions particulièrement délicates, ayant trait à l’accès des minorités au vote ou aux origines de la crise migratoire à la frontière sud. Selon plusieurs médias américains, son équipe connaît des tensions internes et entretient des relations difficiles avec les collaboratrices et collaborateurs de Joe Biden. A Washington, les commentateurs politiques ont commencé à spéculer ouvertement sur l’avenir politique de la vice-présidente.

Elle a marqué l’histoire en devenant la première femme et la première personne noire et d’origine asiatique à être investie à ce poste, qui en fait théoriquement l’héritière de Joe Biden, âgé de 79 ans, lors d’une prochaine élection présidentielle. Au printemps dernier, Joe Biden avait toutefois affirmé qu’il comptait briguer un second mandat, mais la chute de sa popularité et des midterms qui s’annoncent difficiles pourraient rebattre les cartes.