Fusillade meurtrière dans un tribunal

— 

L'Allemagne est encore sous le choc. Un homme a ouvert le feu dans un tribunal hier, tuant sa belle-soeur et blessant deux autres personnes - un avocat et une autre belle-soeur - avant de se suicider. Le drame s'est passé à Landshut (Bavière), en marge d'une audience civile, selon l'AFP. Cette tragédie a immédiatement fait ressurgir le souvenir de la sanglante cavale d'un adolescent de Winnenden (sud-ouest) qui avait tué quinze personnes avant de mettre fin à ses jours, il y a quatre semaines.

Le tireur, identifié comme étant Franz Josef N., 60 ans, a ouvert le feu « soudainement » pendant une suspension d'audience. Le procès portait sur un différend à propos d'un héritage entre sept frères et soeurs, dont l'épouse du forcené. Le sexagénaire, qui disposait d'un permis de port d'armes a alors retourné contre lui son revolver et s'est donné la mort. Selon son gendre, il aurait laissé une lettre dans laquelle il faisait part de son intention de se suicider.

Cette « terrible tragédie, née d'un conflit familial » était d'autant plus imprévisible que le désaccord, qui durait depuis des années, « avait été considéré comme réglé » par les parties en présence, a expliqué le président du tribunal, Karl Wörle. Cette affaire a relancé le débat sur un meilleur contrôle des armes à feu, ou au moins sur l'instauration de mesures de sécurité supplémentaires dans les tribunaux. ■