Colombie : Les Etats-Unis retirent les ex-rebelles des Farc de leur liste des organisations terroristes

DIPLOMATIE Cette décision permettra d'accompagner la mise en œuvre de l’accord de paix signé en 2016

M.F avec AFP
— 
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres (à gauche) et le président colombien Ivan Duque (à droite) le mercredi 24 novembre 2021 à l'occasion de la célébration du cinquième anniversaire de l'accord de paix entre le gouvernement et les FARC.
Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres (à gauche) et le président colombien Ivan Duque (à droite) le mercredi 24 novembre 2021 à l'occasion de la célébration du cinquième anniversaire de l'accord de paix entre le gouvernement et les FARC. — Fernando Vergara/AP/SIPA

Un tournant dans les relations américano-colombiennes. Les Etats-Unis ont annoncé mardi avoir révoqué « la désignation des Farc en tant qu’organisation terroriste étrangère ». Les ex-rebelles des Forces armées révolutionnaires de Colombie ne font donc plus partie de la liste noire des organisations terroristes étrangères établie par Washington.

« A la suite d’un accord de paix de 2016 avec le gouvernement colombien, les Farc ont été officiellement dissoutes et désarmées. Elles n’existent plus en tant qu’organisation unifiée se livrant au terrorisme ou à des activités terroristes », a justifié le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken dans un communiqué.

Les poursuites judiciaires toujours engagées ou envisagées

Ce retrait des Farc de la liste noire ne modifie cependant en rien la position des Etats-Unis relative aux poursuites judiciaires engagées ou envisagées à l’encontre d’anciens responsables des Farc, notamment suspectés de trafic de stupéfiants, a précisé Antony Blinken. Mais la décision aidera Washington à accompagner la mise en œuvre de l’accord, par exemple en travaillant avec d’anciens combattants ayant déposé les armes.

La Colombie a commémoré mercredi dernier l’accord historique de 2016 qui a permis le retour à la paix et le désarmement de la guérilla marxiste des Farc, au terme de l’un des conflits les plus cruels et les plus longs d’Amérique latine. Avec cet accord, la guérilla des Farc, un mouvement de paysans ayant pris les armes dans les années 1960, en pleine Guerre froide, est devenue un parti politique légal (sous l’appellation « Comunes ») avec une représentation garantie au parlement mais sans réelle influence dans les urnes.

Le texte prévoyait des réformes politiques et agraires – la question de la terre est une clef du conflit – qui, en théorie, devraient être mises en œuvre d’ici 2031. S’il a permis de réduire considérablement la violence, de nombreux groupes armés continuent de sévir dans le pays, dont des dissidents des Farc ayant repris les armes, qui ont exploité le vide laissé dans les montagnes par le départ de l’ancienne guérilla.