Thaïlande: de nouvelles violences à la frontière cambodgienne

ASIE Ils se disputent une zone frontalière sur laquelle figure un temple inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco...

MD (Avec agence)

— 

La tension est montée d'un cran mercredi à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, où de nouveaux échanges de tirs entre soldats ont fait un mort et au moins quatre blessés dans la région du temple sacré de Preah Vihear, au coeur d'un vif contentieux.
La tension est montée d'un cran mercredi à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge, où de nouveaux échanges de tirs entre soldats ont fait un mort et au moins quatre blessés dans la région du temple sacré de Preah Vihear, au coeur d'un vif contentieux. — Tang Chhin Sothy AFP

Ils ont ressorti les armes. Deux soldats cambodgiens et un soldats thaïlandais ont été tués suite à un échange de tirs avec l'armée thaïlandaise, vendredi, dans une zone disputée près du temple frontalier de Preah Vihear, a déclaré un porte-parole de Phnom Penh. Un bref affrontement s'était déjà produit tôt dans la matinée, sans faire apparemment de victimes.
 
Il y a eu des «tirs nourris» en début d'après-midi (heure locale) dans «au moins deux secteurs», a déclaré le porte-parole du gouvernement cambodgien, Khieu Kanharith. Un commandant cambodgien, Bun Thean, a parlé d'un «affrontement armé» qui a duré «environ 35 minutes» avec des soldats thaïlandais. «Nous avons remporté le combat» après avoir pris «de nombreux endroits», a-t-il assuré.
 
Armes automatiques et lance-roquettes
 
Les autorités thaïlandaises ont confirmé deux incidents, un tôt dans la matinée, un autre en début d'après-midi, impliquant des tirs d'armes automatiques et de lance-roquettes. Bangkok n'a signalé aucune victime dans les rangs de son armée. Plus tôt, le ministère thaïlandais des Affaires étrangères avait accusé le Cambodge d'être responsable du premier incident peu après la levée du jour.
 
«Nous avons dû riposter parce que les Cambodgiens ont ouvert le feu les premiers sur des soldats thaïlandais», a déclaré Tharit Charungvat, porte-parole du ministère à Bangkok. Seni Chittakasem, gouverneur de la province frontalière thaïlandaise de Si Sa Ket, a dit que le premier affrontement avait été provoqué par des militaires cambodgiens, venus enquêter dans une zone où un soldat thaïlandais avait perdu une jambe jeudi dans l'explosion d'une mine. L'incident s'était produit dans le même secteur où des échanges de tirs avaient fait quatre morts le 15 octobre dernier. Le Cambodge avait également dénoncé une brève incursion thaïlandaise le 25 mars dans cette zone.
 
Le temple disputé depuis juillet 2008
 
Les tensions autour de Preah Vihear avaient éclaté en juillet 2008 lorsque ce temple majestueux du XIe siècle situé sur un promontoire avait été inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco, alors que de sérieux litiges frontaliers, héritage de l'époque coloniale, opposaient Bangkok à Phnom Penh. Le temple relève de la souveraineté du Cambodge, selon une décision de la Cour internationale de justice de La Haye en 1962. Mais les Thaïlandais en contrôlent les principaux accès et de nombreux secteurs n'ont pas été délimités, notamment en contrebas de l'édifice. Des négociations ces derniers mois n'ont permis jusqu'ici aucune avancée notable.