Coronavirus aux Pays-Bas : Le pays secoué par des violences pour la deuxième nuit consécutive

CONTESTATION A la fin d’une manifestation contre les restrictions sanitaires, des heurts ont éclaté samedi soir à La Haye. La veille Rotterdam a connu, selon son maire, une « orgie de violence »

20 Minutes avec AFP
— 
Une manifestation à Amsterdam contre les mesures sanitaires, le 20 novembre 2021 (illustration).
Une manifestation à Amsterdam contre les mesures sanitaires, le 20 novembre 2021 (illustration). — Peter Dejong/AP/SIPA

Le durcissement des mesures sanitaires ne passe toujours pas aux Pays-Bas. Des heurts ont éclaté samedi soir à La Haye à l’issue d’une manifestation contre les restrictions imposées dans le pays à la suite de la reprise de la pandémie de Covid-19. Ces violences arrivent surtout au lendemain d’affrontements à Rotterdam où 51 personnes ont été arrêtées et deux blessées par balle.

Dans un quartier populaire de La Haye où siège le gouvernement, plusieurs centaines de personnes ont jeté des pierres et des objets divers à la police, et mis le feu à des vélos. Au moins une arrestation a eu lieu. Des violences ont également éclaté à Urk, petite ville protestante du centre du pays, et dans plusieurs localités de la province du Limbourg. Deux matchs de football ont par ailleurs été interrompus plusieurs minutes à Alkmaar et Almelo par des supporters frustrés par le huis clos imposé dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.

Le gouvernement veut continuer son tour de vis

Les Pays-Bas ont réintroduit la semaine dernière un confinement partiel pour faire face à une flambée de cas de Covid-19, avec une série de restrictions sanitaires touchant notamment le secteur de la restauration, qui doit fermer à 20 heures. Le gouvernement projette désormais d’interdire certains lieux aux non-vaccinés, notamment les bars et les restaurants. Plus de 21.000 nouveaux cas de Covid-19 ont été enregistrés vendredi dans le pays.

A Amsterdam, la manifestation, pourtant annulée par les organisateurs de United We Stand après le chaos la veille à Rotterdam, s’est par contre déroulée sans problème, selon les médias, tout comme à Breda où un millier de personnes ont défilé en portant des pancartes disant « Non au confinement ». Dans cette ville, la manifestation avait même des allures de fête, les participants dansant en suivant des chars avec DJs, des « party bus » fermant la marche. Des fumigènes ont été utilisés et quelques feux d’artifice ont été tirés alors que les derniers participants se dispersaient.