Pêche post-Brexit : Un « plan de sortie de flotte » en préparation pour les bateaux sans licence

EAUX TROUBLES Paris et Londres sont en conflit sur les licences de pêche accordées aux Européens après le Brexit

20 Minutes avec AFP
— 
Londres et Paris peinent à trouver une issue au conflit qui les oppose sur les licences de pêche post-Brexit. (Illustration)
Londres et Paris peinent à trouver une issue au conflit qui les oppose sur les licences de pêche post-Brexit. (Illustration) — ISA HARSIN/SIPA

La ministre française de la Mer Annick Girardin a annoncé ce jeudi préparer un « plan de sortie de flotte » pour indemniser les navires français qui n’obtiendraient in fine pas de licence de pêche post-Brexit pour accéder aux eaux britanniques. « Sans préjuger des suites de la négociation, j’ai demandé à la DPMA (Direction des pêches) de me proposer, en relation avec les professionnels, une estimation des plans de sortie de flotte que je pourrais financer », a-t-elle déclaré lors d’une intervention aux assises de la pêche organisées à Saint-Pol-de-Léon (Finistère). Elle a précisé qu'« une enveloppe de 40 à 60 millions d’euros » pourrait « être mise sur la table ».

Paris et Londres sont en conflit sur les licences de pêche accordées aux Européens après le Brexit. Début octobre, la France menaçait d’interdire aux navires de pêche britanniques de débarquer leurs cargaisons dans les ports français et de renforcer les contrôles douaniers de tous les camions si Londres n’accordait pas davantage de licences aux pêcheurs français. Elle avait levé l’ultimatum en attendant la rencontre parisienne.

« Nous avons un problème avec la méthodologie retenue côté britannique pour la délivrance de ces licences, avec un certain nombre de critères qui sont des exigences supplémentaires par rapport à l’accord qui a été conclu et qui nous posent une grande difficulté », a notamment relevé le secrétaire d’Etat Clément Beaune. « Les deux côtés ont exposé leurs positions et leurs préoccupations », a de son côté déclaré un porte-parole du gouvernement britannique.

L’absence de volonté de coopérer de l’île de Jersey

Dans la foulée, la ministre française de la Mer Annick Girardin a dénoncé l’absence de volonté de coopérer de l’île anglo-normande de Jersey, dans le cadre des difficiles négociations en cours sur l’attribution de licences de pêche post-Brexit dans les eaux britanniques.

« Il est définitivement évident que Jersey ne respecte pas l’accord Brexit, pire, il démontre une non-volonté de coopérer avec nous », a déclaré la ministre dans une intervention aux assises de la pêche organisées à Saint-Pol-de-Léon (Finistère). Elle a rappelé que 46 demandes d’autorisation étaient encore sans réponse et que 52 licences avaient expiré le 31 octobre, « dont 13 prioritaires, privant ces pêcheurs d’un accès aux eaux de Jersey ».