Manifestations à Kenosha : Début des délibérations au procès de l’ex-lycéen jugé pour meurtre

ETATS-UNIS Kyle Rittenhouse, qui plaide la légitime défense, a « créé le danger » en venant armé d’un fusil semi-automatique, selon le procureur

20 Minutes avec AFP
— 
Le procureur Thomas Binger a fait une démonstration avec le fusil semi-automatique de Kyle Rittenhouse, lors de son procès, le 15 novembre 2021 à Kenosha, dans le Wisconsin.
Le procureur Thomas Binger a fait une démonstration avec le fusil semi-automatique de Kyle Rittenhouse, lors de son procès, le 15 novembre 2021 à Kenosha, dans le Wisconsin. — SEAN KRAJACIC/AP/SIPA

C’est un verdict qui sera particulièrement scruté, avec 500 soldats de la garde nationale mobilisés. Au procès de l’ex-lycéen jugé pour avoir tué deux personnes lors des manifestations émaillées de violence à Kenosha, dans le Wisconsin, en août 2020, le jury s’est retiré, lundi soir, pour délibérer. Kyle Rittenhouse, qui plaide la légitime défense a « créé le danger » en venant armé d’un fusil semi-automatique pour en « découdre » avec les manifestants, ont assuré les procureurs dans leur plaidoirie.

Dans un geste théâtral, le procureur Thomas Binger a saisi le fusil semi-automatique AR-15 que Kyle Rittenhouse, alors âgé de 17 ans, portait le soir du drame, dans les rues de Kenosha, une ville du Nord secouée par des émeutes après une bavure policière.

Tenant l’assemblée en joue, le procureur a remarqué que la première personne tuée par le lycéen « n’avait pas bien pris le fait de le voir pointer une arme » sur la foule, ce qui explique qu’il se soit lancé à la poursuite du jeune homme. Mais, « ce n’est pas étonnant, personne n’aime ça », a ajouté le procureur.

« L’accusé a provoqué l’incident »

« Quand vous déciderez du verdict, gardez à l’esprit que l’accusé a provoqué l’incident », car, selon la loi en vigueur dans l’Etat du Wisconsin, « vous ne pouvez pas invoquer la légitime défense contre un danger que vous créez », a encore assené Thomas Binger.

Le 23 août 2020, alors que les Etats-Unis étaient traversés par des manifestations géantes contre le racisme et les violences policières, Kenosha s’était enflammé, parce que des policiers blancs avaient grièvement blessé un jeune homme noir, Jacob Blake, en lui tirant dans le dos. Lors de la troisième nuit d’émeutes, Kyle Rittenhouse s’était joint à des hommes armés venus « protéger » les commerces contre les émeutiers. Dans des circonstances confuses, il avait ouvert le feu, faisant deux morts et un blessé.

« Juste défendu »

Inculpé de meurtre, il risque la perpétuité en cas de condamnation et plaide non coupable, assurant s’être « juste défendu ». « Je voulais juste arrêter les personnes qui m’attaquaient », a-t-il déclaré en pleurs à la barre des témoins. « Chaque personne sur qui Kyle a tiré l’attaquait : une avec un skateboard, une avec ses mains, une avec son pied, et un avec un pistolet », ont assuré ses avocats lors de leur plaidoirie finalement, réclament un acquittement au nom de la légitime défense.

Le verdict sera scruté de près, tant le dossier est devenu politique. Kyle Rittenhouse est en effet devenu une égérie dans certains milieux de droite pour qui la grande mobilisation contre les violences policières de l’été 2020 était l’oeuvre d'« antifas » ou « d’anarchistes ». A l’inverse, à gauche, il incarne les excès de la culture des armes et du droit à l’auto-défense.