Islande : Un séisme de magnitude 5,2 s’est produit près d’un volcan du sud du pays

SECOUSSE Du haut de ses 1.491 mètres, l’Hekla est l’un des volcans les plus actifs du pays

20 Minutes avec agences
Eruption du volcan islandais Hekla, en 2000.
Eruption du volcan islandais Hekla, en 2000. — SCANPIX NORVEGE/SIPA

Un séisme de magnitude 5,2 s’est produit ce jeudi près du volcan Hekla dans le sud de l’ Islande avec une secousse ressentie jusqu’à la capitale Reykjavik, a annoncé l’office météorologique du pays nordique. L’épicentre du tremblement de terre, qui s’est produit à 13 heures 21 GMT, a été localisé à Vatnafjöll, une fissure volcanique voisine d’Hekla et qui fait partie du même système volcanique.

« Le séisme a été bien ressenti dans de nombreuses régions du sud et de la capitale », a indiqué l’Office météorologique d’Islande (IMO) dans un communiqué. Aucun dégât ou blessé n’a été signalé. Selon le géophysicien Páll Einarsson, interrogé par la télévision publique RÚV, le tremblement de terre et ses nombreuses répliques ne sont pas liés à des mouvements de magma et ne sont pas précurseurs d’une éruption de l’Hekla.


Causé par « le mouvement des plaques et non une déformation volcanique »

Haut de 1.491 mètres, ce dernier est l’un des volcans les plus actifs du pays de feu et de glace. Sa dernière éruption remonte à l’an 2000. Le séisme est « probablement causé par le mouvement des plaques et non une déformation volcanique », a abondé sur Twitter Kristín Jónsdóttir, responsable des risques sismiques à l’IMO.

Un séisme de magnitude 5,7 avait frappé le sud-ouest de l’Islande fin février, quelques semaines avant le début d’une éruption près du mont Fagradalsfjall le 19 mars 2021. Après six mois à cracher de la lave, le flot de magma s’est interrompu à la mi-septembre. Mais il est encore trop tôt pour officialiser la fin de toute activité, selon les vulcanologues.